motosuisse Verband der Zweiradimporteure,Communiqués 2024 Enjeux divers de la branche moto
 

COMMUNIQUÉS MÉDIA MOTOSUISSE / OSMS 2024

 

Communiqués médias concernant des thèmes actuels de la branche moto

Si vou savez des questions concernant des thèmes moto/scooter, contactez nous:

Office Suisse moto et scooter / Medienstelle motosuisse

Underurbach 182B • 3862 Innertkirchen • Téléphone 079 632 26 91 •  info@fachstelle-motorrad.ch 

MOTOFESTIVAL 2025 ANNULÉ

LA TROISIÈME ÉDITION N'AURA PAS LIEU

(OSMS) Le plus grand événement de la branche autour des deux-roues motorisés, le motofestival de Berne, n'aura pas lieu du 27 février au 2 mars 2025. Trop d'exposants potentiels renoncent à y participer. Les raisons ne sont pas liées au salon lui-même, mais principalement aux coûts élevés, à la modification des structures de la branche et au changement de comportement des consommateurs finaux.

Lire tout le texte

 

MOTOFESTIVAL 2025 ANNULÉ

LA TROISIÈME ÉDITION N'AURA PAS LIEU

(OSMS) Le plus grand événement de la branche autour des deux-roues motorisés, le motofestival de Berne, n'aura pas lieu du 27 février au 2 mars 2025. Trop d'exposants potentiels renoncent à y participer. Les raisons ne sont pas liées au salon lui-même, mais principalement aux coûts élevés, à la modification des structures de la branche et au changement de comportement des consommateurs finaux.

 

Les deux premières éditions du plus grand événement de la branche des deux-roues en Suisse, le motofestival de Berne, ont pu être qualifiées de bons succès en 2023 et 2024. Un nouveau format dans un nouveau lieu, sur un nouveau site, a besoin de temps pour grandir et s'ancrer dans l'environnement correspondant.

 

Un paysage de foires en mutation

Mais depuis la pandémie, le paysage des salons a fondamentalement changé, non seulement dans notre pays, mais aussi au niveau mondial. La majorité des fabricants de la branche automobile tentent, notamment dans le domaine numérique, d'emprunter de nouvelles voies, en partie moins coûteuses, pour pouvoir présenter leurs produits au consommateur final plus rapidement et de manière plus prometteuse. Certains groupes qui contrôlent les activités de marketing de leurs importateurs nationaux ont explicitement renoncé aux salons traditionnels - le dernier en date dans le secteur automobile est le GIMS (Geneva International Motor Show), définitivement annulé -, d'autres se concentrent sur les grands événements internationaux comme l'EICMA (Esposizione Internazionale delle Due Ruote) à Milan en novembre.

 

Coûts élevés pour la construction des stands, l'énergie et le personnel

A cela s'ajoute le fait que les coûts de construction des stands se sont envolés en raison de la forte hausse des prix de l'énergie et que de nombreux exposants potentiels ne veulent plus ou ne sont plus en mesure d'assumer les dépenses incontestablement élevées pour une présence au salon correspondant à leur marque.

 

La concurrence du monde numérique

Enfin, le comportement des consommateurs finaux a fondamentalement changé à l'ère du numérique. Toutes les nouveautés en matière de véhicules et toutes les informations qui s'y rapportent peuvent aujourd'hui être consultées sous forme numérique, de même que le suivi individuel des clients et les présentations personnalisées des véhicules par smartphone, tablette ou ordinateur portable font désormais partie du quotidien.

 

Manque de sécurité de planification

Pour ces raisons, de nombreux exposants potentiels pour le motofestival 2025 renoncent à y participer. L'organisateur officiel du motofestival, le BernExpo Group, n'a donc pas eu d'autre choix, pour des raisons de sécurité de planification, que d'annuler le grand événement prévu pour fin février 2025.

 

Pour Jörg Bucher, président de l'association des importateurs suisses de motos, scooters et accessoires, cette annulation a deux visages : "D'une part, je suis triste que le motofestival 2025 n'ait pas lieu. La présentation des véhicules et un aperçu complet de toutes les tendances et innovations actuelles constituaient, avec le programme-cadre attrayant et les shows d'action de haut niveau, un début de saison parfait. De plus, le public a pu se familiariser avec le produit émotionnel qu'est la moto. D'autre part, on ne peut et ne doit pas se fermer aux évolutions de notre époque. Un facteur coûts/bénéfices satisfaisant d'un grand événement conçu principalement comme une manifestation promotionnelle et événementielle et préparé à grands frais n'est manifestement plus garanti aujourd'hui pour les exposants".

 

 

                                                                      *  *  *  *  *  *  *  *  *

 

 

Text schliessen

Marché suisse des motos et scooters, parc de motos fin 2023

Jamais autant de motos et de scooters en Suisse

(OSMS) La population suisse aime ses motos et ses scooters. Avec un total de 805'038 motos et scooters, la barre des 800'000 unités a été franchie pour la première fois. Fin 2023, le parc de motos s'élevait à 523'578 unités, soit plus d'un demi-million. A cela s'ajoutaient 281'460 scooters pour la ville et l'agglomération.

Lire tout le texte

 

Marché suisse des motos et scooters, parc de motos fin 2023

Jamais autant de motos et de scooters en Suisse

(OSMS) La population suisse aime ses motos et ses scooters. Avec un total de 805'038 motos et scooters, la barre des 800'000 unités a été franchie pour la première fois. Fin 2023, le parc de motos s'élevait à 523'578 unités, soit plus d'un demi-million. A cela s'ajoutaient 281'460 scooters pour la ville et l'agglomération.

 

La popularité des deux-roues motorisés en Suisse ne connaît pas de limites supérieures. Au cours des 30 dernières années, le nombre de motos a presque doublé, tandis que le nombre de scooters, après une augmentation fulgurante entre 1990 et 2010, se maintient à un niveau élevé, juste en dessous de la barre des 300'000.

 

 

Moto : les très gros véhicules dominent

Le pouvoir d'achat élevé de la population suisse fait que l'effectif des trois grandes catégories - 750 cm3, 750 à 1000 cm3 et plus de 1000 cm3 - dépasse largement les 100'000 unités. Fin 2023, la catégorie supérieure de plus de 1000 cm3 était en tête avec 151'522 unités, suivie par les 750 avec 123'083 et les 1000 avec 117'005 unités. La catégorie des 125 cm3, ouverte aux jeunes à partir de 16 ans depuis 2021, est en train de rattraper son retard et son effectif est déjà passé à 57'378 unités.

 

 

Scooter : 125 cm3 sont la mesure de toute chose

Dans les régions urbaines où la congestion du trafic est chronique, les scooters s'imposent comme des véhicules utilitaires agiles grâce à leur prix avantageux, leurs faibles coûts d'entretien, leur maniement aisé et leur faible encombrement. Ce n'est pas un hasard si les scooters 125, avec 201'079 unités, occupent près des trois quarts du marché total des scooters (281'460). Le rapport qualité/prix est optimal et les titulaires d'un permis de conduire automobile ne doivent suivre qu'un cours pratique de base de 12 heures pour obtenir un permis de conduire 125.

 

 

Deux-roues électriques : pas encore de percée

Les motos électriques ne se sont pas encore imposées, à l'exception des petits véhicules de transport de la poste, des services de messagerie et de livraison. Parmi les motos utilisées principalement pour les loisirs et les trajets de moyenne et longue distance, les 13 648 motos électriques immatriculées fin 2023 ne représentaient que 2,60 % du parc total. Pour les scooters également, la part des véhicules électriques (8397 unités) s'élevait à un pourcentage raisonnable de 2,98 %.

 

 

Text schliessen

Marché suisse des motos et scooters, 1er trimestre 2024

D'un marché saisonnier à un marché à l'année ?

(OSMS) Chaque année, environ 50'000 motos et scooters neufs sont immatriculés en Suisse. Ces dernières années, la saison des ventes s'est allongée ainsi qu'aplatie lors des pics printaniers. Les raisons : le printemps qui arrive de plus en plus tôt et la saison des motos qui se prolonge souvent jusqu'en novembre grâce aux températures agréables.

Lire tout le texte

 

Marché suisse des motos et scooters, 1er trimestre 2024

D'un marché saisonnier à un marché à l'année ?

(OSMS) Chaque année, environ 50'000 motos et scooters neufs sont immatriculés en Suisse. Ces dernières années, la saison des ventes s'est allongée ainsi qu'aplatie lors des pics printaniers. Les raisons : le printemps qui arrive de plus en plus tôt et la saison des motos qui se prolonge souvent jusqu'en novembre grâce aux températures agréables.

 

10'701 motos et scooters ont été immatriculés en Suisse de janvier à mars 2024. Cela correspond à une augmentation de 1,11 % par rapport aux 10'583 unités de l'année précédente. 6'618 motos et 3'679 scooters ainsi que plusieurs centaines de quads et de trikes ont roulé pour la première fois sur les routes suisses. La popularité des deux-roues motorisés en Suisse reste donc intacte cette année encore.

 

 

Le « temps des motos » de mi-février à novembre

Jusqu'à présent, le marché de la moto/du scooter était typiquement un marché de printemps, où la haute saison des nouvelles ventes se concentrait sur les mois de mars/avril à juillet au plus tard. Mais désormais, les températures plus élevées prolongent la saison de la moto en Suisse. De moins en moins de motards déposent leur plaque de contrôle au service des automobiles pendant les mois d'hiver afin d'économiser des frais d'assurance. Cela ne vaut tout simplement plus la peine lorsque le « temps pour la moto » règne déjà en février et jusqu'en novembre et que les cols alpins restent ouverts plus longtemps.

 

 

Le deux-roues, un véhicule pour toute l'année

Le printemps en particulier, qui est arrivé quelques semaines plus tôt ces dernières années, influence nettement les nouvelles ventes. Non seulement on roule plus tôt, mais on achète aussi plus tôt. Bien sûr, la situation météorologique actuelle - humide ou sèche - se reflète également dans les chiffres de vente et de chiffre d'affaires, mais les statistiques montrent clairement que le changement climatique a eu tendance à prolonger la saison de la moto au cours des dernières années.

 

Dans les régions urbaines où la congestion du trafic est chronique, le deux-roues motorisé - qu'il s'agisse d'une moto ou d'un scooter - s'impose donc de plus en plus comme un véhicule utile toute l'année grâce à des prix avantageux, des frais d'entretien réduits, une faible consommation et un encombrement limité.

 

 

 

Text schliessen

Le conseiller fédéral Albert Rösti en visite au motofestival de BernEXPO

« LES CARBURANTS SYNTHÉTIQUES COMME ALTERNATIVE »

(OSMS) La deuxième édition du motofestival national de Berne a marqué le début de la saison moto 2024. 40'000 visiteurs ont envahi les halles d'exposition. La visite du conseiller fédéral UDC Albert Rösti a été un moment fort. "Je m'engagerai toujours pour que le principe du libre choix du moyen de transport soit maintenu", a souligné le chef du Département de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC).

Lire tout le texte

 

Le conseiller fédéral Albert Rösti en visite au motofestival de BernEXPO

« LES CARBURANTS SYNTHÉTiQUES COMME ALTERNATIVE »

(OSMS) La deuxième édition du motofestival national de Berne a marqué le début de la saison moto 2024. 40'000 visiteurs ont envahi les halles d'exposition. La visite du conseiller fédéral UDC Albert Rösti a été un moment fort. "Je m'engagerai toujours pour que le principe du libre choix du moyen de transport soit maintenu", a souligné le chef du Département de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC).

 

Vendredi après-midi, deuxième jour du salon de la moto, du scooter et des accessoires qui dure quatre jours, le conseiller fédéral Albert Rösti, chef du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC), a rendu visite au motofestival à la BernEXPO. Il s'est mêlé de manière décontractée à la population et a souligné dans son discours devant le public du salon que le principe du libre choix du moyen de transport devait toujours être maintenu.

 

Voici le discours d'accueil du conseiller fédéral Rösti au motofestival :

"Mesdames et Messieurs, je vous remercie de votre invitation et vous félicite pour cette belle exposition réussie qui, dans l'ensemble, semble même être plus grande que le Salon de l'auto de Genève que j'ai également visité. C'est tout à l'honneur des motocyclistes et de la branche. En tant que Bernois, je suis bien sûr particulièrement heureux que l'exposition puisse se tenir ici, dans le canton de Berne, pour la deuxième fois déjà. Je vous souhaite à tous une magnifique exposition, couronnée de succès, et de bonnes affaires. Je dois avouer honnêtement que je ne savais pas qu'en Suisse, environ 50'000 nouvelles motos et scooters sont immatriculés chaque année et que le parc de motos et scooters immatriculés compte 800'000 véhicules. C'est une très grande communauté qui se réunit maintenant ici à Berne.

     Mon principe en tant que ministre des Transports est clair : chaque femme et chaque homme a le droit de choisir le moyen de transport qu'il souhaite. Je vous le dis ici et je le dis aussi aux cyclistes, aux piétons et partout ailleurs. Mais comme vous le savez, dans mon département, il y a aussi la lettre U, qui signifie environnement. Ce fait vous inquiète peut-être parfois un peu. Mais nous devons aussi y veiller. C'est pourquoi je suis très heureux des progrès techniques qui ont été réalisés et qui continuent de l'être dans ce domaine, notamment en matière d'efficacité et de réduction du bruit et des émissions polluantes.

     Lorsque nous écoutons le journal télévisé ou d'autres informations du monde entier, il y a suffisamment de soucis et de problèmes, y compris au sein de la famille ou au travail, qui peuvent nous oppresser. C'est pourquoi je pense qu'il est important dans la vie que nous puissions aussi nous réjouir de quelque chose. Comme vous le faites avec vos motos, que ce soit sur le chemin du travail ou dans vos loisirs. Je suis convaincu que les personnes qui prennent plaisir à vivre sont également plus performantes dans le processus de travail.

     Mais pour qu'elle puisse circuler, elle a besoin d'une infrastructure de transport, c'est-à-dire de routes et de voies de circulation bien aménagées. Heureusement, nos ancêtres nous ont offert un bon réseau routier et c'est à nous de continuer à l'entretenir et à le développer. Il faut surtout tenir compte des nouveaux besoins, car nous sommes de plus en plus nombreux et le besoin de mobilité ne cesse de croître. C'est pourquoi le Conseil fédéral et le Parlement ont concocté un paquet de six grands projets, de la Suisse romande à Saint-Gall, afin d'éliminer les principaux goulets d'étranglement sur l'autoroute. En tant que motocyclistes, vous pouvez dire que cela ne nous intéresse pas, car nous pouvons déjà nous faufiler entre les colonnes. Mais la plupart d'entre eux sont probablement aussi des automobilistes et ne sont pas heureux de passer trop de temps dans les embouteillages. De plus, ce temps perdu a un coût économique élevé.

     En novembre, nous voterons sur le référendum lancé par les Verts pour stopper le développement des autoroutes. J'espère sincèrement pouvoir compter sur vous pour prendre cette décision. Nous avons besoin d'infrastructures qui fonctionnent, quel que soit le moyen de transport utilisé".

 

 

4 questions au conseiller fédéral Albert Rösti
Dans le cadre de la visite du conseiller fédéral Albert Rösti, le président de motosuisse Jörg Bucher et le président de Swiss Moto et collègue de parti UDC Walter Wobmann lui ont chacun posé deux questions :


Walter Wobmann : La branche des motos est de plus en plus menacée par de nouvelles réglementations, à l'étranger, les interdictions de circuler sont même déjà ponctuellement une réalité.Pourrons-nous encore conduire les motos que nous achetons aujourd'hui dans dix ans ?Ou devrons-nous tous passer au vélo ?
Albert Rösti : Non, clairement non.Je soutiens pleinement le libre choix du moyen de transport. Mais je ne peux pas tout enjoliver.La pression pour améliorer les mesures environnementales est là.Ma position politique est claire : nous ne devons pas faire un Swiss Finish quelconque et penser que nous devons faire plus ou être meilleurs que les autres pays. Nous devons suivre la même voie que les autres pays en matière de réduction des émissions de CO2. Mais celui qui achète aujourd'hui une nouvelle moto chez nous pourra encore la conduire dans dix ans.

Walter Wobmann : En ce qui concerne le bruit, nous avons pu empêcher beaucoup de choses jusqu'à présent. Mais dans les pays voisins, par exemple au Tyrol, il existe déjà des interdictions pour les motos dont le bruit à l'arrêt est supérieur à 95 décibels. Les motos légalement immatriculées ne peuvent pas y circuler. Quelle est la position du Conseil fédéral sur ce sujet ?
Albert Rösti : Le Conseil fédéral n'envisage pas de telles mesures. Et mon département ne proposera jamais de mesures allant dans le sens d'interdictions.En revanche, nous ne pouvons pas empêcher de nouvelles prescriptions, ce sont les majorités au sein des parlements qui en décident.On ne sait jamais comment les majorités démocratiques vont évoluer, et je ne suis pas devin.Mais une interdiction générale des véhicules à combustion, comme le souhaitent certains, me semble très problématique.Notre objectif doit être de parvenir à des émissions neutres en CO2, et les carburants synthétiques pour les moteurs à combustion offrent des possibilités intéressantes pour l'avenir.Nous devons encourager le développement de nouvelles technologies et non pas interdire nos activités, comme la conduite de motos. Mais si une commune pense qu'elle doit prendre des mesures particulières pour un quartier, je ne l'aime pas dans mon domaine de décision.

Jörg Bucher : Nous faisons déjà des recherches sur de nouvelles technologies. Ici, au salon, se trouve le premier véhicule hybride, et il existe déjà des véhicules électriques, notamment pour une utilisation urbaine. Mais nous devons aussi donner à nos entreprises des perspectives pour un avenir plus lointain. La moto a-t-elle encore sa place dans le trafic autonome ?
Albert Rösti : Elle doit avoir sa place. Nous ne devons pas aller dans une direction où nous exclurions certains usagers de la route. Il faudra encore beaucoup, beaucoup de temps avant qu'une voiture autonome puisse reconnaître et réagir de manière sûre lorsqu'une moto dépasse, qu'un vélo circule encore sur le côté droit et qu'un enfant veut traverser la route.Mais il doit être en principe possible d'introduire la conduite autonome dans notre trafic diversifié.Mais, comme je l'ai dit, il faudra encore attendre longtemps avant qu'il n'y ait plus personne au volant.C'est pourquoi nous avons besoin de l'extension du réseau routier pour résoudre les problèmes de circulation maintenant, et non pas dans 20 ans, lorsque la conduite autonome, qui nécessite théoriquement moins d'espace, fera peut-être lentement son apparition sous une forme ou une autre.

Jörg Bucher : On nous demande sans cesse de mettre davantage de motos électriques en circulation. Mais où devons-nous les recharger ? Le développement de l'infrastructure de recharge se fait sur les axes principaux, et non sur les petites routes et les cols, c'est-à-dire là où nous circulons avec nos motos.
Albert Rösti : Je ne pense pas que vous soyez délibérément oubliés. Mais la rentabilité des stations de recharge ou la volonté d'installer des stations de recharge dans ces régions n'existe tout simplement pas encore. Je suis libéral et je pense que si le marché et la demande se développent en conséquence, ces régions seront également prises en compte. Mais actuellement, le débat politique porte plutôt sur la question de savoir si des stations de recharge doivent être installées dans des immeubles collectifs avec des fonds publics. Nous saurons bientôt si le Conseil national veut débloquer les 20 premiers millions. Mais revenons à la moto : je pourrais plutôt m'imaginer que l'on s'oriente vers un carburant synthétique. Cela résoudrait d'abord le problème des stations de recharge et permettrait ensuite de continuer à apprécier le son du moteur à combustion et ses sensations de conduite.

 

 

 

 

 

 

Text schliessen

motofestival du 29 février au 3 mars – Début réussi de la saison moto 2024

DE NOUVELLES MOTOS, BEAUCOUP D'ACTION ET ALBERT RÖSTI

(OSMS) La deuxiéme édition du motofestival de Berne, le salon leader de la moto, a marqué le début de la saison moto 2024. Pendant les quatre jours de la manifestation, l’organisateur BERNEXPO a accueilli de nouveau 40 000 visiteurs dans les vastes halles d’exposition bien remplies. Le temps printanier a méme incité certains d’entre eux à venir au motofestival avec leur propre moto ou scooter. L’un des nombreux moments forts de l’événement a été la visite du conseiller fédéral Albert Rösti.

Lire tout le texte

 

 

motofestival du 29 février au 3 mars – Début réussi de la saison moto 2024

DE NOUVELLES MOTOS, BEAUCOUP D'ACTION ET ALBERT RÖSTI

(OSMS) La deuxiéme édition du motofestival de Berne, le salon leader de la moto, a marqué le début de la saison moto 2024. Pendant les quatre jours de la manifestation, l’organisateur BERNEXPO a accueilli de nouveau 40 000 visiteurs dans les vastes halles d’exposition bien remplies. Le temps printanier a méme incité certains d’entre eux venir au motofestival avec leur propre moto ou scooter. L’un des nombreux moments forts de l’événement a été la visite du conseiller fédéral Albert Rösti.

 

Aprés le succès rencontré pour sa premiére édition l’an dernier, le motofestival est entré en piste pour un second tour. Dans les deux grandes halles d’exposition de BERNEXPO, visiteurs et aussi de très nombreuses visiteuses du deuxième motofestival ont partagé leur passion et leur enthousiasme pour les deux-roues motorisés avec les exposants. Les nouveautés 2024 de l’univers des deux-roues ont été présentées de maniére exhaustive lors du plus grand événement national pour les motos, les scooters, les vètements et les accessoires. La plupart des marques majeures étaient représentées, parmi lesquelles BMW, Ducati, Honda, Indian Motorcycles, Kawasaki, KTM, MotoMorini, Suzuki et Triumph. Les nouveaux scooters et motos du millésime 2024 étaient à portée de main pour un examen approfondi, la comparaison, la discussion avec des personnes partageant la mème passion. Certains pouvaient méme étre «essayés».

 

Nouveautés et spectacle pour la Romandie et la Suisse alémanique

Au motofestival, on ne s’est pas contenté de regarder et d’avoir des discussions professionnelles: on a aussi roulé. Avec de la terre, des troncs d’arbres, des pneus, des bennes et des palettes, une arène tout-terrain spectaculaire avait été aménagée à l’intérieur. Des pilotes de renom s’y sont affrontés lors de chacune des quatre journées de l’événement pour remporter la victoire du jour, et le dimanche pour la victoire générale du motofestival. Le champion 2024 du motofestival a été l’Espagnol Francesc Moret.

     Pendant les pauses du spectacle de cross-country, les Crazy Nock Brothers filaient à toute allure dans leur boule d’acier. Juste à côté, les débutants ont eu l’occasion de conduire pour la premiére fois un véhicule de 125 cm3 sur un parcours pour débutants, sous la direction d’experts. Sur le terrain extérieur, les acrobates moto Mat Rebeaud & Friends ont assuré deux à trois fois par jour un spectacle de motocross freestyle époustouflant. Les jeunes, et ceux qui le sont restés, ont pu se mesurer les uns aux autres dans une zone e-sports, située dans l’une des halles.

 

 

Les shows spéciaux ont présenté les motos particuliéres BossHoss propulsées par des moteurs de voitures Chevrolet V8, une multitude de customisations fascinantes, des motos vintage et des modèles rares issus de toutes les époques de l’histoire de la moto. Comme le veut la tradition, les motos militaires historiques de Condor et BMW ont été particuliérement remarquées par les motards suisses. Samedi aprés-midi, Dominique Aegerter (33 ans), star du championnat du monde de Superbike et chouchou du public, était invité de la scène du motofestival.

    Pour se détendre et se restaurer, le food festival proposait un choix varié de street food dans l’espace partiellement couvert. Le vendredi soir, Moser & Schelker, stars du podcast et animateurs de Radio Energy, ont diverti le public. Lors de la traditionnelle soirée rock du samedi, Rock Out et Shakra ont fait vibrer leurs fans.

 

Le conseiller fédéral Albert Rösti sur scéne

Vendredi aprés-midi, le conseiller fédéral Albert Rösti, responsable du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC), a rendu visite au motofestival. Il s’est mèlé à la foule de manière très décontractée et a fait une présentation des infrastructures de transport intelligentes et de la gestion efficace du trafic sur la scéne du motofestival.

 

 

«Durable et inoubliable»

Le directeur de BERNEXPO, Tom Winter, s’est montré satisfait de l’affluence des visiteurs et du déroulement du deuxième motofestival: «Le motofestival a de nouveau montré de maniére impressionnante à quel point la passion et le goût pour la moto sont grands et intacts dans notre pays. Le caractère live du motofestival, avec ses divers shows d’action et spéciaux ainsi que l’échange direct entre exposants et visiteurs ont laissé à beaucoup une impression durable et inoubliable du salon.»

 

Toucher, essayer et discuter entre professionnels

Christoph Lanz, directeur du salon motofestival, s’est également réjoui du succès de ce salon leader de la moto suisse, organisé pour la deuxiéme fois: «Cette expérience physique, le fait de pouvoir essayer et toucher, l’émotion générale suscitée par la visite d’un salon, le monde numérique ne peut la restituer que partiellement. Nous avons intégré les expériences de la première édition de l’année dernière dans le motofestival de cette année. Ainsi, nous l’avons rendu encore plus polyvalent et plus convivial pour les visiteurs. Le nombre réjouissant de visiteurs et les nombreuses réactions positives prouvent que notre concept et son organisation attrayante sont sur la bonne voie.»

 

Jörg Bucher, président motosuisse : «Un concept attrayant, réalisé avec professionnalisme»

Jörg Bucher, président de motosuisse, l’association suisse des importateurs de motos, a également estimé que le deuxiéme motofestival, le salon leader du secteur, était un succès: «Avant le début de la nouvelle saison, rien n’est plus approprié qu’un salon national, à la fois informatif et divertissant. Ensemble, nous pouvons nous adonner à la passion de la moto, qui reste avant toute chose un loisir riche en émotions fortes. Le motofestival, attrayant et réalisé avec professionnalisme, a parfaitement transposé les expériences de la première édition de 2023 dans le salon de cette année. Il remplit parfaitement sa fonction de salon leader de la moto suisse et marque le coup d’envoi de la saison.»

 

La troisième édition du motofestival sur le site de BERNEXPO se déroulera

du 27 février au 2 mars 2025.

 

♦   Le motofestival est le plus grand événement national dédié aux motos, scooters et accessoires

♦   Un programme varié avec des nouveautés, de l’action, des courses tests, de l’inspiration, de la musique et de la nourriture

♦   Site Web: www.motofestival.ch Facebook: motofestivalswitzerland Instagram: motofestival_switzerland/

 

 

 

 

 

Text schliessen

10 janvier 2024 : Marché suisse de la moto et du scooter en 2023

LA SUISSE EST UN PAYS DE MOTOS

(OSMS) Après les ventes record sensationnelles durant les années Corona 2020/21, le marché suisse de la moto et du scooter continue d'évoluer à un niveau élevé et constant. Avec 48'809 nouvelles immatriculations en 2023, il a de nouveau légèrement progressé par rapport à l'année précédente. L'ère de l'électrique a définitivement commencé, en particulier pour les scooters utilisés en milieu urbain.

Lire tout le texte

 

10 janvier 2024 : Marché suisse de la moto et du scooter en 2023

LA SUISSE EST UN PAYS DE MOTOS

(OSMS) Après les ventes record sensationnelles durant les années Corona 2020/21, le marché suisse de la moto et du scooter continue d'évoluer à un niveau élevé et constant. Avec 48'809 nouvelles immatriculations en 2023, il a de nouveau légèrement progressé par rapport à l'année précédente. L'ère de l'électrique a définitivement commencé, en particulier pour les scooters utilisés en milieu urbain.

 

48'809 motos et scooters ont été immatriculés en Suisse de janvier à décembre 2023. Cela correspond à une augmentation de 0,29 % par rapport à l'année précédente avec 48'666 unités. La popularité des deux-roues motorisés en Suisse reste donc intacte.

 

Les jeunes aiment la moto

28'199 motos ont été nouvellement immatriculées en 2023, contre 28'035 unités l'année précédente. L'augmentation est de 0,58 %. Grâce à l'ouverture de la catégorie jusqu'à 125 cm3 de cylindrée, dont les modèles limités à 15 ch (11 kW) de puissance moteur peuvent être conduits en Suisse depuis 2021 par des nouveaux venus de 16 ans, comme dans le reste de l'Europe, cette catégorie s'est établie comme un pilier important du marché suisse de la moto. En 2023, troisième année depuis l'ouverture du permis de conduire, 5'752 des 28'199 nouvelles immatriculations de motos concernaient cette catégorie des 125 cm3. Seules les catégories supérieures de motos de 750 à 1000 cm3 de cylindrée (7'328 unités) et de plus de 1000 cm3 (6'349 unités), traditionnellement fortes en Suisse, étaient encore plus populaires.

 

Deux-roues électriques pour les zones urbaines, la poste et les services de livraison

Parmi les scooters utilisés principalement dans les zones urbaines, près d'un véhicule neuf sur cinq est désormais électrique. Avec 3455 unités, leur part représente en 2023 18,2 % du marché des scooters, qui est resté globalement constant (18 992 unités, moins 0,1 %). Il faut tenir compte du fait qu'environ un tiers de ces nouveaux scooters électriques sont utilisés par la Poste et d'autres services de courrier et de livraison.

 

En ce qui concerne les motos utilisées presque exclusivement pour les loisirs et les trajets de moyenne et longue distance, les deux-roues électriques ne peuvent pas encore s'imposer de manière décisive pour des raisons techniques - autonomie, peu de place pour les batteries, quasiment aucune station de recharge sur les trajets à moto. En 2023, la part des motos électriques s'élevait à un pourcentage raisonnable de 1,9 %.

 

Le coup d'envoi de la nouvelle saison de motos et de scooters sera donné par le "motofestival" à Berne du 29 février au 3 mars 2024.

 

 

 

 

 

 

Text schliessen