COMMUNIQUÉS MÉDIA MOTOSUISSE / OSMS

 

Communiqués médias concernant des thèmes actuels de la branche moto

Si vou savez des questions concernant des thèmes moto/scooter, contactez nous:

Office Suisse moto et scooter / Medienstelle motosuisse

Gibelinstrasse 25 • 4500 Soleure • Téléphone 032 621 70 51 • info@fachstelle-motorrad.ch 

 


Pandémie de coronavirus 2020 : nouvelles instructions concernant l'obtention du permis de conduire pour les motocycles d'une puissance illimitée (35 kW)

EXAMEN PRATIQUE POSSIBLE JUSQU'AU 30 JUIN 2021

(OSMS) Le passage de la catégorie "A limitée" (35 kW) à la catégorie "A illimitée" sans examen est désormais également possible en raison des effets corona, si l'examen pratique "A limité" n'est pas passé avant le 31 décembre 2020 mais avant le 30 juin 2021.

Lire tout le texte

 

Pandémie de coronavirus 2020 : nouvelles instructions concernant l'obtention du permis de conduire pour les motocycles d'une puissance illimitée (35 kW)  

EXAMEN PRATIQUE POSSIBLE JUSQU'AU 30 JUIN 2021

(OSMS) Le passage de la catégorie "A limitée" (35 kW) à la catégorie "A illimitée" sans examen est désormais également possible en raison des effets corona, si l'examen pratique "A limité" n'est pas passé avant le 31 décembre 2020 mais avant le 30 juin 2021.

 

Fin 2018, le Conseil fédéral a décide? qu'à partir du 1er janvier 2021, l'obtention de toute catégorie supérieure de motocycles serait subordonnée à la réussite d'un examen. Font exception à ce principe les personnes qui auront obtenu le permis de conduire de la caté?gorie A limitée à 35 kW avant le 1er janvier 2021 et qui pourront encore tirer parti du droit en vigueur pour faire lever la limitation de puissance après deux ans d'une pratique irréprochable de la conduite.

 

Jusqu'à fin 2020, les motocycles dont la puissance du moteur est égale à 35 kW sont admis pour passer l'examen pratique de conduite, tant pour la catégorie A illimitée que pour la catégorie A limitée à 35 kW. Dès le 1er janvier 2021, ces mêmes motocycles pourront uniquement être utilisés pour obtenir la catégorie A limitée à 35 kW.

 

La pandémie de coronavirus a donné lieu à des situations exceptionnelles

Depuis le printemps 2020, la pandémie de coronavirus a donné lieu à des situations exceptionnelles également en Suisse. D'une part, la pandémie a modifié le comportement de la population suisse en matière de mobilité ; la demande en motocycles et la formation correspondante ont fortement augmenté. D'autre part, durant les premiers mois en particulier, la pandémie a entraîné la fermeture d'autorités cantonales et de centres de formation. Les élèves motocyclistes n'ont donc pu suivre aucune formation pratique de base ni passer aucun examen pratique. En outre, comme tous les ans à partir de novembre, quasiment aucun examen de ce type n'est organisé en raison des conditions météorologiques défavorables.

 

La hausse massive de la demande qui a frappé les formations à la conduite et les examens d'obtention du permis de conduire de motocycliste doit ainsi faire face à une diminution de l'offre en formations et en examens. De ce fait, les personnes concernées n'ont pas la possibilité - et cela sans aucune faute de leur part - d'obtenir le permis de conduire de la catégorie de motocycle A limitée d'ici fin 2020 ni, par conséquent, de profiter de la législation transitoire qui leur permettrait d'obtenir la catégorie A illimitée sans examen. Or rien ne permettait de prévoir une telle évolution de la situation à l'époque où les prescriptions ont été décidées par le Conseil fédéral, soit fin 2018.

 

Nouvelles règles pour 2021

Afin de tenir dûment compte de ces circonstances et éviter les cas de rigueur, l'OFROU se fonde sur l'art. 150, al. 6, de l'ordonnance réglant l'admission à la sécurité routière (OAC ; RS 741 .51) pour édicter les instructions ci-après :

1. Obtention sans examen de la catégorie A pour les motocycles d'une puissance illimitée

En complément à l'art. 151/, al. 3, OAC dans sa version du 14 décembre 2018, la limitation de la puissance visant la catégorie A est levée, à la demande du titulaire du permis de conduire, au plus tôt deux ans après l'octroi du permis de conduire :

a)  s'il a obtenu un permis d'élève conducteur de la catégorie A, limité pour les motocycles dont la puissance du moteur n'excède pas 35 kW et dont le rapport entre la puissance du moteur et le poids à vide n'excède pas 0,20 kW/kg ;

b)  s'il a passé avec succès l'examen pratique jusqu'au 30 juin 2021 avec ce permis d'élève conducteur valable; et

c)  si, durant les deux ans précédant le dépôt de la demande auprès des autorités cantonales sollicitant la levée de la limitation de puissance, il n'a commis aucune infraction aux dispositions du droit de la circulation routière ayant entraîné ou pouvant entraîner le retrait du permis de conduire.

 

 

Text schliessen

9 septembre 2020 – Nouvelles immatriculations de motos et de scooters – janvier à août 2020 

LE "BOOM" DE LA MOTO NE SE DÉMENT PAS

(OSMS) La passion et l’acceptation de la moto ont toujours été très prononcées en Suisse, plus que dans la plupart des autres pays européens. En cette année 2020 de pandémie, le phénoméne est encore plus important: entre janvier et août, 24'556 motos ont été nouvellement immatriculées, une augmentation de 17,3% (3617 unités supplémentaires) par rapport à la même période de l’an dernier. Les tendances nées avec le Coronavirus, notamment une certaine distanciation par rapport aux transports communs et un retour prononcé au transport privé, ont eu des conséquences directes sur le marché du deux roues.

Lire tout le texte

 

9 septembre 2020 – Nouvelles immatriculations de motos et de scooters – janvier à août 2020 

LE "BOOM" DE LA MOTO NE SE DÉMENT PAS

(OSMS) La passion et l’acceptation de la moto ont toujours été très prononcées en Suisse, plus que dans la plupart des autres pays européens. En cette année 2020 de pandémie, le phénoméne est encore plus important: entre janvier et août, 24'556 motos ont été nouvellement immatriculées, une augmentation de 17,3% (3617 unités supplémentaires) par rapport à la même période de l’an dernier. Les tendances nées avec le Coronavirus, notamment une certaine distanciation par rapport aux transports communs et un retour prononcé au transport privé, ont eu des conséquences directes sur le marché du deux roues.

 

 

Durant le lockdown du Covid-19, lors des mois de mars et d’avril dont on connaît l’importance cruciale pour le marché du deux-roues, l’avenir de la branche paraissait de plus en plus noir; chiffres d’affaires drastiquement en baisse, les pronostics étaient pessimistes. Mais c’est tout le contraire qui allait se produire: à la fin du mois de mai, le retard avait été rattrapé, les résultats de juin et de juillet dépassaient largement les valeurs de l’année précédente. Madame et Monsieur Helveticum adorent toujours leur moto et la crise du Corona n’a pas changé cette réalité.

 

+ 17,3% pour les motos, + 5% pour les scooters, marché global + 12,8%

En août, la tendance à la hausse s’est encore affirmée (2695 unités vendues, contre 1884 en août 2019). Ainsi, au terme des deux premiers tiers de l’année 2020, on constate une augmentation de 17,3 % du marché. Et si plusieurs nouveaux modèles importants 2020 n’avaient pas été livrés avec du retard, en raison de plusieurs arrêts de la production dus à la pandémie, le résultat aurait pu être encore meilleur que ces 24'566 nouvelles immatriculations. Particulièrement appréciés dans le trafic urbain, le nombre de scooters en circulation est également en hausse. Par rapport à la même période de l’an dernier, l’augmentation se situe à 5% (13'511 unités contre 12'870). Pour le marché global (motos, scooters, quads), la hausse se monte à 12,8 % par rapport aux mêmes huit premiers mois 2019 (38'934 unités contre 34'530).

 

La moto, véhicule de loisirs et moyen de transport

Comment expliquer ce «boom» pour la moto? Renforcé par la tendance née de la pandémie de Covid-19 pour un retour au transport individuel, de plus en plus d’utilisateurs ne considèrent plus seulement leur deux-roues comme un véhicule de loisirs, mais bien comme un moyen de transport attractif et économique, aussi bien en ce qui concerne les coûts directs et les différentes charges d’entretien. Ce phénoméne est confirmé par la hausse très nette des ventes des véhicules de la classe moyenne et des motos aux caractères multiples.

Dernier élément qui a certainement influencé le marché en 2020, la suppression, à la fin de l’année, de ce qu’on appelait «l’accès direct». En effet, l’année en cours sera la dernière durant laquelle un conducteur de plus de 25 ans peut passer directement à une moto de cylindrée et de puissance illimitée. A partir de l’an prochain, tous les conducteurs, peu importe leur âge, devront d’abord passer par une période de deux ans au guidon d’une machine à la puissance limitée de 35 kW (48 CV).

 

 

 

Text schliessen

14 août 2020 – Accès direct pour la catégorie A jusqu'à fin 2020

PERMIS ILLIMITÉ JUSQU'À FIN  2020

(OSMS) Les personnes âgées d'au moins 25 ans peuvent encore bénéficier de l'accès directe dans la catégorie des motos de grande cylindrée, sans limite de puissance, jusqu'au 31 décembre 2020. Il suffit de demander un permis de conduire provisoire pour de la catégorie A. La formation et l'examen peuvent également être achevés au cours de l'année à venir.

Lire tout le texte

 

14 août 2020 – Accès direct pour la catégorie A jusqu'à fin 2020

PERMIS ILLIMITÉ JUSQU'À FIN  2020

(OSMS) Les personnes âgées d'au moins 25 ans peuvent encore bénéficier de l'accès directe dans la catégorie des motos de grande cylindrée, sans limite de puissance, jusqu'au 31 décembre 2020. Il suffit de demander un permis de conduire provisoire pour de la catégorie A. La formation et l'examen peuvent également être achevés au cours de l'année à venir.

 

Jusqu'à présent, toute personne âgée de 25 ans et plus pouvait commencer à s'entraîner directement pour les motos de catégorie A, de grande taille et de puissance illimitée. Mais cela sera bientôt terminé : à partir du 1er janvier 2021, tout le monde - qu'il ait 18, 25 ans ou plus - devra d'abord conduire une moto d'une puissance maximale de 35 kW (48 ch) pendant au moins deux ans.

 

Demander un permis de conduire provisoire avant le 31 décembre 2020

Quiconque veut encore profiter du délai de grâce de quatre mois pour l'entrée directe doit donc se hâter. Il vous suffit de demander un permis provisoire de conduire de la catégorie A (illimité) avant le jeudi 31 décembre 2020 - pour autant que vous ayez 25 ans ou plus à cette date. Les cours et l'examen pratique final de conduite ne doivent pas être terminés avant la fin de 2020, mais peuvent également être passés l'année prochaine.

 

Que se passera-t-il après le 1er janvier 2021 ?

À partir de 2021, tout le monde doit d'abord être titulaire d'un permis de conduire restreint de catégorie A (jusqu'à 35 kW/48 ch) pendant deux ans. Un examen pratique de conduite doit être passé à nouveau lors du passage à la catégorie supérieure. Toutefois, la formation pratique de base ne doit pas être reprise. Il s'applique à toutes les catégories (A1, A limité, A) et dure douze heures.

 

Infos et détails: https://motosuisse-2020.ch/fr/

 

VIDÉOS:

Text schliessen

7 août 2020 – Immatriculations de motos et de scooters nouvelles – janvier à juillet 2020

LE BOOM DE MOTOS SE POURSUIT

(OSMS) Les suisses aiment les motos : en 2020, 21 833 motos ont été vendues entre janvier et juillet, soit 2778 unités ou 14,6 % de plus qu'à la même période l'année dernière. Grâce à d'excellentes ventes en mai, juin et juillet, le marasme provoqué par le blocage Corona de plusieurs semaines de mars au 11 mai appartient désormais au passé.

Lire tout le texte

 

Immatriculations de motos et de scooters nouvelles – janvier à juillet 2020                  

LE BOOM DE MOTOS SE POURSUIT

(OSMS) Les suisses aiment les motos : en 2020, 21 833 motos ont été vendues entre janvier et juillet, soit 2778 unités ou 14,6 % de plus qu'à la même période l'année dernière. Grâce à d'excellentes ventes en mai, juin et juillet, le marasme provoqué par le blocage Corona de plusieurs semaines de mars au 11 mai appartient désormais au passé.

 

À la mi-juin, le secteur de la moto avait déjà compensé la chute massive des ventes causée par le blocage Corona pendant sept semaines - notamment pendant les deux mois de vente les plus importants, en mars et en avril. Et en juillet dernier, les chiffres d'immatriculations ont de nouveau dépassé ceux de l'année précédente de 53,1 % (4233 contre 2764 unités). Cela représente une augmentation impressionnante de 14,6 % des immatriculations au cours des sept premiers mois. Au total, 21 833 nouvelles motos ont été mises sur le marché.

 

Les motos en hausse de 14,6 %, le marché total en hausse de 9,6 %

Les chiffres concernant les scooters ne sont pas aussi sensationnels, mais grâce à de fortes ventes en juin et juillet, le résultat de l'année précédente a également été légèrement dépassé. 11 360 unités contre 11 265 unités au cours des sept premiers mois de l'année précédente, soit une augmentation de 0,6 %. Le marché global est également très clairement en territoire positif avec 33 969 unités contre 30 993 unités à la même période l'année dernière, soit une hausse de 9,6 %.

 

2020 est la dernière année pour l'entrée directe dans la classe superieure

L'une des raisons les plus importantes du boom des motocyclettes est que l'accès direct aux grosses cylindrées sera supprimé à partir de 2021. 2020 est la dernière année où les plus de 25 ans en Suisse pourront monter directement sur une grosse moto avec une puissance illimitée. Ensuite, chacun, quel que soit son âge, doit d'abord passer deux ans sur une moto limitée à 35 kW (48 ch). Cependant, la tendance à l'abandon des transports publics au profit des transports privés, due à la crise Corona, joue également un rôle important. De larges pans de la population considèrent et acceptent de plus en plus le deux-roues motorisé non seulement comme un véhicule de loisir, mais aussi comme un véhicule utilitaire et un moyen de transport attrayant.

 

 

 

 

 

Text schliessen

27 juillet 2020 – Pas de frais de stationnement pour les scooters et les motos dans les villes suisses !

UN COUP DE FEU DANS LE DOS

(OSMS) L'Association suisse des importateurs de motos et de scooters motosuisse, considère que la redevance de stationnement pour les deux-roues motorisés dans les villes et les agglomérations est contre-productive. Ils ne sont qu'une nouvelle source de revenus monétaires et vont clairement à l'encontre du dégroupage du trafic et de la décongestion des centres-villes.

Lire tout le texte

 

Pas de frais de stationnement pour les scooters et les motos dans les villes suisses !

UN COUP DE FEU DANS LE DOS

(OSMS) L'Association suisse des importateurs de motos et de scooters motosuisse, considère que la redevance de stationnement pour les deux-roues motorisés dans les villes et les agglomérations est contre-productive. Ils ne sont qu'une nouvelle source de revenus monétaires et vont clairement à l'encontre du dégroupage du trafic et de la décongestion des centres-villes.

 

Conformément à la modification de l'ordonnance sur la signalisation, art. 48b, effectuée le 20 mai, le Conseil fédéral autorise les villes et les communes suisses à percevoir des taxes de stationnement à partir de 2021, non seulement pour les voitures, mais aussi pour les motos et les scooters, ainsi que pour les e-bikes et même les motocyclettes. Plusieurs grandes villes suisses envisagent déjà d'introduire une telle réglementation dans le cadre de nouveaux concepts de stationnement - avec des champs numérotés et des parcmètres pour les deux-roues.

 

Une mesure contre-productive

motosuisse, l'association suisse de l'industrie motos et scooters, est fermement opposée à de telles mesures. Elle considère que la dissuasion par les frais de stationnement est contre-productive, car les scooters et les motos prennent beaucoup moins de place que les voitures. Les frais de stationnement pour les deux-roues ne sont qu'une nouvelle source de revenus bienvenue pour les caisses municipales. Elles iraient clairement à l'encontre des efforts déployés pour débloquer les centres-villes et, d'une manière générale, pour dégrouper le trafic.

 

Les avantages des scooters et des motos dans les villes et les agglomérations

L'association souligne les avantages indéniables et précieux des deux-roues motorisés dans le transport urbain et d'agglomération, tant en termes de politique des transports que de politique environnementale :

  l'espace minimum requis, tant en déplacement qu'en stationnement

  une consommation de carburant nettement inférieure à celle d'une automobile

  Les scooters, en particulier, sont un moyen de transport rentable et nécessitant peu

   d'entretien pour une large

  Utilisation des véhicules à au moins 50 %

  Adéquation pour deux personnes

  une grande agilité

  pas de "voyages à vide" à la recherche de places de parking gratuites

  la technologie moderne (catalyseurs, ABS)

  facteur de protection élevé en temps de corona

 

 

 

Text schliessen

10 juillet 2020 – Les représentants de l'industrie appellent à la prudence dans la lutte contre la menace des interdictions de circulation des motocyclettes

IL EST TROP TÔT POUR LES DEMONSTRATIONS EN SUISSE

(OSMS) L'Association suisse des importateurs de motos et de scooters motosuisse, à l'instar des autres groupes d'intérêt et de la branche FMS, SAM et IG Motorrad, est toutefois clairement et unanimement opposée à une manifestation prévue par des milieux privés en août sur le col du Gothard. motosuisse soutient fondamentalement l'approche politique.

Lire tout le texte

Les représentants de l'industrie appellent à la prudence dans la lutte contre la menace des interdictions de circulation des motocyclettes

IL EST TROP TÔT POUR LES DEMONSTRATIONS EN SUISSE

Suite aux récentes interdictions des motos bruyantes en Autriche et en Allemagne et à une initiative similaire des politiciens suisses, il existe une résistance généralisée parmi les motards, les associations et les politiciens des pays concernés. La principale critique concerne le traitement inégal des motards par rapport aux autres usagers de la route et le fait que ces mesures placent tout un groupe de personnes sous la suspicion générale.

 

L'Association suisse des importateurs de motos et de scooters motosuisse, à l'instar des autres groupes d'intérêt et de la branche FMS, SAM et IG Motorrad, est toutefois clairement et unanimement opposée à une manifestation prévue par des milieux privés en août sur le col du Gothard. motosuisse soutient fondamentalement l'approche politique.

 

En Suisse, contrairement à l'Autriche et à l'Allemagne, il n'existe actuellement ni fermeture de voies ni réglementation arbitraire sur le bruit des motocyclettes. La situation n'est en aucun cas comparable à celle de l'Autriche et de l'Allemagne. Pour l'association suisse de l'industrie moto-suisse, il n'y a donc aucune raison, aucune urgence et aucune nécessité de prendre des mesures de lutte. motosuisse se distancie sans équivoque de la manifestation prévue par les milieux privés en août.

 

Pas besoin

Si des demandes de fermeture de voies ou de nouvelles réglementations en matière de bruit devaient apparaître, motosuisse préconise une approche démocratique et politique. Il s'agit actuellement des deux initiatives parlementaires présentées cette année par la politicienne argovienne Gabriela Suter, qui demandent une interdiction générale des motocyclettes d'un niveau de 95 décibels et l'utilisation de radars antibruit.

 

La voie politique au premier plan

motosuisse se distancie fondamentalement des initiatives privées irréfléchies et à court terme, surtout en ces temps difficiles de Covid 19. motosuisse considère de telles actions comme contre-productives et est convaincu qu'elles nuisent à la réputation et au haut niveau d'acceptation des motards suisses dans la population.

 

Les opportunités politiques sont loin d'être épuisées

Ce n'est que lorsque toutes les options politiques auront été épuisées - et il faudra attendre longtemps avant cela - que des mesures de protestation pourront être envisagées. Cependant, un événement majeur comme celui de mai 2003 (manifestation contre la "Vision Zéro") nécessite un long délai et une coopération intensive avec les autorités.

 

 

 

 

Text schliessen

08 juillet 2020 – Immatriculations de motos et de scooters nouvelles – janvier à juin 2020

SENSATIONNEL 1ER SEMESTRE DE VENTES

(OSMS) Les motos sont plus populaires et acceptées par la population suisse que jamais auparavant : malgré la pandémie de corona, 7,7 % de motos supplémentaires ont été vendues au cours du premier semestre 2020 par rapport à la même période l'année dernière. L'effondrement causé par le blocage de plusieurs semaines jusqu'au 11 mai a été plus que compensé par les ventes sensationnelles de mai et, en particulier, de juin.

Lire tout le texte

 

08 juillet 2020 – Immatriculations de motos et de scooters nouvelles – janvier à juin 2020

SENSATIONNEL 1ER SEMESTRE DE VENTES

(OSMS) Les motos sont plus populaires et acceptées par la population suisse que jamais auparavant : malgré la pandémie de corona, 7,7 % de motos supplémentaires ont été vendues au cours du premier semestre 2020 par rapport à la même période l'année dernière. L'effondrement causé par le blocage de plusieurs semaines jusqu'au 11 mai a été plus que compensé par les ventes sensationnelles de mai et, en particulier, de juin.

 

17 555 motocyclettes, 8 584 scooters et 628 quads ont été mis sur le marché suisse au cours des six premiers mois de l'année en cours. Alors que le résultat de l'année précédente pour les scooters n'a pas pu être tout à fait égalé (moins 6,2 % au 30 juin), les motos sont plus demandées que jamais. L'augmentation de 7,7 % dépasse même les attentes les plus audacieuses. Le marché dans son ensemble, avec 26 767 unités contre 25 959 unités à la même période l'année dernière, est également en territoire positif avec 3,1 %. Pour rappel : fin avril, le marché global était encore en baisse de 21,6 % par rapport à la même période l'année dernière !

 

 

Moto : explosion des ventes en mai et juin

Comme le blocage de Corona pendant sept semaines avait gravement affecté le commerce au cours des deux mois de vente les plus importants, à savoir mars et avril, et que les chiffres de vente avaient massivement chuté, le développement explosif qui a suivi la fin du blocage le 11 mai peut être qualifié de sensationnel. Rien qu'en juin, les ventes de motos ont été presque deux fois plus élevées qu'en juin 2019.

 

Une grande demande refoulée, une meilleure disponibilité

Les raisons les plus importantes de la tendance à la hausse rapide des deux-roues motorisés sont principalement une forte demande en retard et une meilleure disponibilité des véhicules (le blocage mondial avait entraîné de grandes difficultés de production et de livraison). Toutefois, la fin de l'entrée directe en 2021 - 2020 est la dernière année où les plus de 25 ans en Suisse seront autorisés à monter sur une grosse moto - et la tendance manifeste à l'abandon des transports publics au profit des transports privés en raison de la couronne joue également un rôle important.

 

 

La moto comme moyen de transport bienvenu et apprécié

Les consultations menées auprès des importateurs de motos et de scooters associés au sein de l'association professionnelle motosuisse montrent que la classe moyenne (35 kW/48 ch) en particulier et les motos présentant un rapport qualité/prix intéressant en général affichent des taux de croissance élevés. Cela montre clairement que non seulement les scooters, mais aussi les motos ne sont plus utilisés exclusivement comme véhicules de loisirs par la population, mais aussi comme véhicules commerciaux et moyens de transport, comme par le passé.

 

 

 

Text schliessen

08 juin 2020 – Immatriculations de motos et de scooters nouvelles en mai 2020

FORTE TENDENCE À LA HAUSSE À LA FIN DU LOCKDOWN

(OSMS) La réouverture des magasins suisses de motos et de scooters le 11 mai dernier a entraigné une augmentation réjouissante des chiffres de vente, qui s'étaient auparavant effondrés en raison du verrouillage causeé par la pandémie de Corona. La baisse à la fin mai était encore de 10,8 %.

Lire tout le texte

 

Immatriculations de motos et de scooters nouvelles en mai 2020

FORTE TENDENCE À LA HAUSSE À LA FIN DU LOCKDOWN

(OSMS) La réouverture des magasins suisses de motos et de scooters le 11 mai dernier a entraîné? une augmentation réjouissante des chiffres de vente, qui s'étaient auparavant effondrés en raison du verrouillage causé par la pandémie de Corona. La baisse à la fin mai était encore de 10,8 %.

 

L'activité printanière décisive dans le domaine des ventes saisonnières de motos et de scooters a été massivement affectée par le blocage décidé par le Conseil fédéral à la mi-mars. Les mois de mars et d'avril ont été caractérisés par des baisses de ventes parfois spectaculaires. La baisse des ventes à la fin du mois d'avril de l'ensemble du marché était de 21,6 %, soit 12‘336 unités contre 15‘736 motos/scooters vendus à la même période l'année précédente.

 

Baisse du volume des ventes de 21,6 % a? 10,8 %

Suite à l'assouplissement des mesures et à la réouverture des points de vente après une pause de sept semaines le 11 mai, les ventes de véhicules neufs ont à nouveau fortement augmenté. La demande refoulée et l'amélioration de la disponibilité des véhicules ont conduit à une aug- mentation réjouissante de 19,3 % en mai par rapport au même mois l'année dernière (6‘575 contre 5‘512 unités). Cela signifie que la précédente baisse globale de janvier à fin mai 2020 a été réduite de 21,6 % a? 10,8 % (18‘944 contre 21‘247 unités en 2019).

 

Motos populaires

Le secteur des motocyclettes a connu une reprise particulièrement forte. Avec 4’215 nouveaux véhicules rachetés rien qu'en mai, le résultat pour le même mois de l'année dernière (3’466 unités) a été dépassé de 21,6 %. Le total du moins en 2020 est maintenant de 12’384 unités en 2020 contre 13’529 unités en 2019, soit une baisse de seulement 8,5 %.

L'augmentation des ventes dans le segment des scooters a été un peu moins prononcée. En mai, 2‘197 nouveaux scooters ont été rachetés, soit 13,9 % de plus qu'en mai 2019 avec 1‘929 unités. La baisse de janvier à fin mai est encore de 17,1 % avec 6’069 scooters vendus contre 7’322 en 2019. Au mois d'avril précédent, le moins était de 21,6 %.

 

L'espoir d'une tendance à la hausse soutenue

Les importateurs de motos et de scooters associés à l'association professionnelle motosuisse espèrent maintenant que la tendance encourageante à la hausse se poursuivra en juin et juillet, afin que les pertes causées par la pandémie de Corona puissent être largement compensées dans le courant de l'année.

 

 

 

Text schliessen

30 mars 2020 – Conduire une moto ou un scooter en pleine crise du Coronavirus

ROULEZ, OUI; MAIS AVEC LA PLUS GRANDE DES PRUDENCES !

(OSMS) Les scooters, motos et vélos motorisés sont assurément des alternatives importantes aux transports publics, dans la lutte actuelle contre le Covid-19. Les sorties privées ne sont pas explicitement interdites. «Mais, s’il vous plaît, avec la plus grande des prudences», rappelle motosuisse, l’Association de la branche, dans un vibrant appel à la communauté du deux-roues.

Lire tout le texte

Conduire une moto ou un scooter en pleine crise du Coronavirus

 

ROULEZ, OUI; MAIS AVEC LA PLUS GRANDE DES PRUDENCES !

 

(OSMS) Les scooters, motos et vélos motorisés sont assurément des alternatives importantes aux transports publics, dans la lutte actuelle contre le Covid-19. Les sorties privées ne sont pas explicitement interdites. «Mais, s’il vous plaît, avec la plus grande des prudences», rappelle motosuisse, l’Association de la branche, dans un vibrant appel à la communauté du deux-roues.

 

Particulièrement dans le domaine urbain, les scooters, les motos et les vélos motorisés restent une forme inéluctable de mobilité pour une large part de la population. C’est d’ailleurs pour cette raison que les mesures prises par le Conseil fédéral pour contenir l’élargissement de l’épidémie de Coronavirus, si elles ont ordonné la fermeture de près de 700 locaux de vente de la branche des scooters et des motos, prévoient aussi que le fonctionnement sous contrôle des ateliers et des départements de réparations des différentes agences se poursuive. Ainsi, la mobilité du peuple reste assurée dans de bonnes conditions de sécurité. En permettant aux ateliers de continuer leurs activités, les conséquences économiques négatives seront ainsi quelque peu diminuées, quand bien même la traditionnelle période printanière, essentielle pour les ventes, sera malheureusement marquée en 2020 par des effets très importants.

 

Une alternative judicieuse et bienvenue aux transports en commun

Président de motosuisse, l’Association des importateurs, Roland Müntener explique: «Beaucoup de Suissesses et de Suisses renoncent désormais aux transports publics, de peur d’attraper le Coronavirus et/ou craignant de le diffuser à d’autres personnes, en raison de la promiscuité propre auxdits transports. Mais ces compatriotes sont néanmoins obligés, pour des raisons professionnelles, de garantir leur propre mobilité et choisissent donc la moto et le scooter.»

 

Les sorties privées sont autorisées, mais sous le strict respect des mesures!

Peut-on également utiliser sa moto ou son scooter pour des sorties privées? Roland Müntener répond positivement: «Pourquoi ne pas s’évader quelques instants de la tension ambiante avec un deux-roues motorisés? Comme, dans notre pays, il n’est pas question de lock-down total, une sortie privée n’est pas, juridiquement, interdite. Mais nous plaidons naturellement pour un respect absolu des mesures d’hygiène recommandées par le Conseil fédéral! Et nous conseillons également de renoncer, seuls ou en groupes, à des excursions plus importantes. Nous prions encore une fois tous les conducteurs de motos et de scooters, comme tous les habitués de bicyclettes et de vélos électriques, de faire plus attention que jamais aux problèmes de sécurité. Au guidon, soyez très prudents, contrôlez-vous en permanence, parce que dans la situation actuelle des différents secteurs de la santé publique, notamment les hôpitaux, il faut à tout prix éviter de charger encore plus les services compétents!»

 

 

Text schliessen

17 mars 2020 – Coronavirus – «lockdown» en Suisse

LES ATELIERS DE MOTOS ET DE SCOOTERS RESTENT OUVERTS !

(OSMS) Les scooters, les motos et leurs utilisateurs jouent un rôle essentiel dans la mobilité, spécialement dans les agglomérations. C’est pour cette raison que, malgré les mesures rigoureuses prises par le Conseil fédéral pour mettre un frein au développement de l’épidémie de Coronavirus, les ateliers spécialisés dans le deux-roues vont rester ouverts !

Lire tout le texte

Coronavirus – «lockdown» en Suisse

LES ATELIERS DE MOTOS ET DE SCOOTERS RESTENT OUVERTS !

(OSMS) Les scooters, les motos et leurs utilisateurs jouent un rôle essentiel dans la mobilité, spécialement dans les agglomérations. C’est pour cette raison que, malgré les mesures rigoureuses prises par le Conseil fédéral pour mettre un frein au développement de l’épidémie de Coronavirus, les ateliers spécialisés dans le deux-roues vont rester ouverts !

 

Le «lockdown» décidé lundi 16 mars par le Conseil fédéral et valable pour toute la Suisse en raison du développement toujours plus important de l’épidémie de Coronavirus, exige notamment la fermeture immédiate de près de 700 locaux de vente actifs dans la branche de la moto et du scooter. Mais les ateliers de réparation restent ouverts, afin de garantir dans les meilleures conditions de sécurité la mobilité du peuple suisse. 

 

Un apport irremplaçable à la mobilité

Roland Müntener, président de «motosuisse», l’Association des importateurs, confie: «Par peur d’être atteints par le Coronavirus ou afin de rester éloignés d’autres concitoyens, beaucoup de Suissesses et de Suisses ont renoncé à l’utilisation des transports publics. Ces compatriotes préfèrent jouer l’alternative du déplacement privé. Spécialement dans le milieu urbain, les deux-roues motorisés ont donc une signification énorme. «Motosuisse», l’Association de la branche, désire rendre attentif le peuple de l’importance, pour les 700'000 deux-roues motorisés que l’on trouve en Suisse, de pouvoir être utilisés dans un état parfait. C’est pour cela que les réparations nécessaires, notamment au niveau de la sécurité, doivent pouvoir être garanties par les ateliers spécialisés. Nous sommes donc heureux de la décision prise le 16 mars par le Conseil fédéral, qui n’oblige pas les ateliers de deux-roues de fermer immédiatement leurs portes.»

 

Réparer, oui; vendre, non!

La situation est en revanche différente pour les activités de vente. En tant «qu’installations ouvertes à tous», les magasins spécialisés sont désormais interdits au public. Le président de l’Association «motosuisse», Roland Müntener, conseille la branche: «Les magasins des marchands spécialisés sont généralement liés de très près avec leurs ateliers de réparation; il est donc difficile de les fermer totalement. Nous vous demandons donc de renoncer à toute activité de vente, afin d’éviter les punitions – amendes importantes, voire privation de liberté jusqu’à une période de trois ans – prévues dans les mesures prises

 

(Addendum)

«SITUATION EXCEPTIONNEL»: LES ATELIERS PEUVENT RESTER OUVERTS!

Le 16 mars, le Conseil fédéral a expliqué les conséquences d’un décret qui instaure une «situation exceptionnelle» dans le pays, en lutte contre le Coronavirus. Beaucoup d’entreprises et de magasins doivent fermer. En revanche, les ateliers peuvent rester ouverts. Pour cela, les recommandations hygiéniques et la distance minimale entre les personnes doivent être garantis. Les secteurs de vente de l’entreprise, eux, doivent rester fermés. Ces mesures sont valables au moins jusqu’au 19 avril 2020.

Ordonnance actuelle (16 mars 2020) du Conseil fédéral à télécharger

 

Recommandations de motosuisse et de l’Association des marchands 2Roues:

o  Annulez, au moins jusqu’à fin avril, les expositions de printemps et les différentes manifestations imaginées dans votre entreprise; vous pouvez communiquer sur votre propre site Internet ou via les médias sociaux. Le Conseil fédéral conseille de limiter les rassemblements humains. Assumez vos responsabilités, à la fois vis-à-vis de vos clients et de vos collaborateurs. Dans tous les cas, il y aura, plus tard dans l’année, la possibilité de trouver des dates de remplacement pour vos différentes actions et manifestations.

o  Si on peut atteindre votre atelier sans passer par votre magasin de vente, fermez les portes de celui-ci.

o  Respectez une distance minimale de 2 mètres avec vos clients. Faites-le savoir par un panneau explicatif affiché à l’entrée de votre atelier. Le cas échéant, imaginez un marquage au sol. La distance minimale doit aussi être observée entre les différentes places de travail.

o  Respectez immédiatement les conseils d’hygiène de l’Office fédéral de la Santé publique.

o  Cherchez le maximum d’offres de services extérieurs pour vos livraisons; les conseils à la clientèle peuvent se faire par téléphone, etc

o  Informations par affiches à la clientèle à l’entrée de votre atelier: respectez les distances! Renoncez à la poignée de mains!

o  Mettre à disposition un moyen de désinfection

o  Désinfecter les traces de mains sur les véhicules

o  Dans la mesure du possible, éviter le paiement cash

o  Ne laisser toujours qu’un seul (qu’une seule) client(e) dans votre atelier.

o  La prise et la remise d’un véhicule doivent se faire avec un maximum de distance. Faire un point sur les réparations nécessaires par téléphone et/ou message électronique

o  Les pièces de rechange et les équipements de sécurité nécessaires peuvent, selon nous, être vendus par l’atelier dans le cadre d’un travail de réparation.

o  Il en est de même, selon nous, pour la vente de pneumatiques et de petit matériel par l’atelier, afin que le client puisse lui-même effectuer l’intervention chez lui.

o  La vente en tant que telle n'est pas interdite. Toutefois, il ne fonctionne qu'en ligne ou par téléphone. o  En ce qui concerne la livraison des marchandises, celles-ci peuvent être apportées ou enlevées. Une installation de ramassage clairement visible doit être mise en place.

o  La vente dans les locaux commerciaux n'est pas autorisée !

o  Les essais de conduite pour les clients sont  possibles! Pour cela, les recommandations hygiéniques et la distance minimale entre les personnes doivent être garantis.

o  Laissez toujours au maximum un client dans l'atelier, gardez toujours vos distances.

o  La réception et la restitution du véhicule doivent également se faire à distance. Discutez de la réparation au préalable par téléphone.

 

Chômage partiel

Prenez contact avec le Département de l’économie cantonal.
Feuille d’informations pour le chômage partiel

 

Liquidités, aides provisoires

Pour beaucoup d’entreprises de la branche du deux-roues, le problème des liquidités est un immense défi. Nous vous conseillons:

o  Prenez contact avec l’importateur/distributeur pour une prolongation des délais de paiement

o  Contactez votre banque pour une augmentation temporaire de votre limite de crédit

o  Cherchez avec d’autres créanciers des possibilités d’accords

 

Text schliessen

29 janvier 2020

PRÊT POUR LE GROS CUBE ? ACCÈS DIRECT PLUS QU'EN 2020 !

(OSMS) Vous avez au moins 25 ans et désirez une grosse moto? En 2020, vous avez une dernière possibilité de passer directement à la classe illimitée! Celui/celle qui n’aura pas demandé son permis d’élève-conducteur de la catégorie A d’ici au 31 décembre 2020, devra, dès 2021 – égal son âge, 18, 25 ans ou plus – passer d’abord une période de deux ans avec un permis de conduire de la catégorie A «limitée» (jusqu’à 35 kW/48 CV).

Lire tout le texte

 

PRÊT POUR LE GROS CUBE ? ACCÈS DIRECT PLUS QU'EN 2020 !

(OSMS) Vous avez au moins 25 ans et désirez une grosse moto? En 2020, vous avez une dernière possibilité de passer directement à la classe illimitée! Celui/celle qui n’aura pas demandé son permis d’élève-conducteur de la catégorie A d’ici au 31 décembre 2020, devra, dès 2021 – égal son âge, 18, 25 ans ou plus – passer d’abord une période de deux ans avec un permis de conduire de la catégorie A «limitée» (jusqu’à 35 kW/48 CV).

 

Qu’est-ce qui va changer à l’horizon 2020/2021?

Dès le 1er janvier 2021, l’accès direct aux motos de cylindrées illimitées (plus de 35 kW/48 CV, permis de catégorie A) ne sera plus offert automatiquement.

 

Qui a encore le droit, jusqu’au 31 décembre 2020, de demander un permis provisoire pour l’accès direct?

L’accès direct au permis de conduire le plus relevé, celui de la catégorie A, est encore possible pour toutes les personnes de 25 ans et plus jusqu’au jeudi 31 décembre 2020. Celui qui, ce jour-là, aura au moins 25 ans et aura fait la demande d’un permis de conduire de la catégorie A (sans limitations) peut encore profiter de l’accès direct.

 

Les détenteurs d’un permis de conduire de la catégorie inférieure A1 (125 cm3), âgés de 25 ans au moins, sont-ils autorisés, s’ils ont fait la demande pour un permis de catégorie A, de passer leur examen pratique seulement en 2021?

Oui. Les détenteurs d’un permis de la catégorie inférieure A1, qui ont demandé leur permis d’élève de la catégorie A jusqu’au 31 décembre 2020 ont la possibilité de suivre les six heures obligatoires de formation pratique de base et de passer leur permis «2020» seulement en 2021.

 

Les détenteurs d’un permis de conduire de la catégorie B (autos), pour autant qu’ils soient âgés au minimum de 25 ans, ont-t-il le droit, après avoir déposé leur demande pour un permis de catégorie A, de passer leur examen pratique seulement en 2021?

Oui. Les détenteurs d’un permis de catégorie B, qui ont demandé leur permis d’élève de la catégorie A jusqu’au 31 décembre 2020, peuvent suivre les douze heures de formation pratique de base et de passer leur permis «2020» seulement en 2021.

 

La formation pratique de base et l’examen pratique pour l’obtention d’un permis de la catégorie A (illimité) doivent-ils être terminés en 2020?

Non. Seule la demande pour un permis d’élève conducteur de la catégorie A doit obligatoirement être déposée au plus tard le 31 décembre 2020.

 

Qu’en est-il d’une éventuelle adaptation d’un permis de catégorie A limité (maximum 35 kW)?

Celui qui, jusqu’au 31 décembre 2020, dispose d’un permis de la catégorie A «limitée» (jusqu’à 35 kW/48 PS) peut, après deux ans de pratique sans problèmes, demander aux autorités cantonales de son lieu de domicile l’annulation sans examen supplémentaire des limitations de puissance.

 

Qu’en est-il d’une éventuelle adaptation pour le détenteur d’un permis provisoire de la catégorie A illimitée?

Celui ou celle qui, au 31 décembre 2019, détenait un permis de conduire provisoire de la catégorie A et qui a suivi son premier jour de perfectionnement jusqu’au 31 décembre 2019 (soit selon le droit actuel) peut, au terme du délai probatoire, demander aux autorités cantonales de son lieu de domicile l’obtention définitive du permis de conduire. Les jours de perfectionnement ne doivent pas, dans ce cas, être suivis dans un délai de douze mois après l’obtention du permis de conduire provisoire.

 

Quid de l’accès à la catégorie A «illimitée» à partir du 1er janvier 2021?

Celui/celle qui n’aura pas demandé son permis d’élève-conducteur de la catégorie A d’ici au 31 décembre 2020, devra, dès 2021 – égal son âge, 18, 25 ans ou plus – passer d’abord une période de deux ans avec un permis de conduire de la catégorie A «limitée» (jusqu’à 35 kW/48 CV); pendant cette période, aucune infraction à la loi sur la sécurité routière qui aura (qui a) conduit à un retrait de permis, n’est admis. Un examen est obligatoire au passage à une catégorie supérieure. La formation pratique de base doit encore être suivie seulement une fois. Elle dure, pour toutes les catégories (A1, A limité, A) douze heures.

motosuisse, janvier 2020

 

Text schliessen

10 janvier 2020

LES NOUVELLES IMMATRICULATIONS DE MOTOS ET DE SCOOTERS 2019: STABILITÉ À UN NIVEAU ÉLEVÉ

(OSMS) En 2019, le marché suisse de la moto continue à un niveau élevé: 24'254 nouvelles immatriculations ont été recensées l’an dernier, un résultat quasi identique à celui de l’année précédente (24'541). En raison de modifications de la politique des transports, le marché du scooter en secteur urbain connaît pour sa part un recul de 7%; le marché total des scooters est en baisse de 3,9%, passant de 43'166 unités (2018) à 41'464.

Lire tout le texte

 

Les nouvelles immatriculations de motos et de scooters 2019

STABILITÉ À UN NIVEAU ÉLEVÉ

(OSMS) En 2019, le marché suisse de la moto continue à un niveau élevé: 24'254 nouvelles immatriculations ont été recensées l’an dernier, un résultat quasi identique à celui de l’année précédente (24'541). En raison de modifications de la politique des transports, le marché du scooter en secteur urbain connaît pour sa part un recul de 7%; le marché total des scooters est en baisse de 3,9%, passant de 43'166 unités (2018) à 41'464.

 

La moto, moyen de loisirs et de hobby, continue d’être adorée par le peuple suisse. Comme les années précédentes, la demande pour de nouvelles motos a encore été élevée en 2019. Avec 24'254 nouvelles immatriculations, le résultat de l’année précédente (24'541 unités) a été approché de près, malgré des conditions météorologiques qui n’ont pas été optimales au printemps.

 

Les motos de la classe moyenne constituent le segment le plus solide

Les motos de grosses cylindrées, soit de plus de 1000 cm3, plaisent toujours autant à la clientèle suisse. En 2019, cette catégorie a constitué près d’un tiers (7'740 unités) du volume total de 24'254 pièces. Mais le segment le plus solide reste clairement celui des machines de la classe moyenne, de 500 à 1000 cm3 de cylindrée (11'236 unités).

 

 

Lifestyle urbain et systèmes d’assistances électroniques

En 2019, les motos qui marient un look rétro avec les techniques les plus modernes ont été plébiscitées; phénomène logique qui permet de suivre les tendances actuelles du lifestyle et du monde des loisirs. Comme pour la branche automobile, la construction des motos actuelles propose toujours plus de systèmes d’assistances électroniques, tout en développant la connectivité digitale aujourd’hui indispensable. Les analystes du marché sont d’ailleurs unanimes à prévoir que cette tendance va encore se développer dans les années à venir.

 

La propulsion électrique n’est pas encore une solution dans le domaine motocycliste

La production électrique n’a toujours pas la moindre chance dans le domaine motocycliste: les nouvelles immatriculations de ce type de véhicules ne se sont montées, l’an dernier, qu’à 183 unités, soit moins que 1% du marché. Les produits proposés actuellement ne sont pas encore assez efficaces techniquement, ils ne sont pas concurrentiels économiquement et ne sont tout simplement pas acceptés par le marché. La situation est en revanche différente pour les scooters d’orientation urbaine, utilisés sur de petites distances: 1'066 nouveaux e-Roller ont été immatriculés en 2019, soit 6,6% du marché total des scooters.

 

 

Les vélos électriques concurrencent les scooters de petites cylindrées

La demande pour de nouveaux scooters a baissé de 7,2% en 2019, passant de 17'520 unités à 16'249. Si le marché des scooters de 125 cm3 et plus reste relativement stable, le boom des vélos électriques constitue désormais une sérieuse concurrence pour les scooters de 50 cm3.

 

2020 sera-t-elle l’année du «boom» des grosses motos?

2020 est la dernière année où les motocyclistes de 25 ans et plus ont droit à l’accès «direct» à des motos de la classe supérieure (catégorie A). Dès 2021, et peu importe l’âge, les nouveaux motocyclistes devront d’abord utiliser pendant deux ans des machines de la catégorie A2, développant un maximum de 35 kW (48 CV). On peut donc logiquement s’attendre à ce que de nombreux utilisateurs de plus de 25 ans profitent, cette année, de leur dernière chance d’obtenir directement leur permis de conduire de catégorie A, donnant du même coup une sérieuse impulsion au marché de la classe supérieure.

 

 

Text schliessen

25 octobre 2019

TOUJOURS PLUS DE FEMMES CONDUISENT DES MOTOS ET DES SCOOTERS

(OSMS) 460'000 motos se déplacent régulièrement sur le réseau routier suisse. Et depuis longtemps, la pratique de la moto n’est plus un domaine exclusivement masculin. Près de 15 % de ces machines sont conduites par une femme et la tendance ne cesse d’augmenter. Dans le milieu urbain, la part des femmes conduisant des scooters est proche de 20 %. Et dès le 1er janvier 2021, lorsque l’âge minimal autorisé pour les véhicules de la classe 125 cm3 passera de 18 à 16 ans, la présence féminine devrait encore spectaculairement augmenter.

 

Lire tout le texte

 

Toujours plus de femmes conduisent des motos et des scooters

DEPUIS LONGTEMPS, LA PRATIQUE DE LA MOTO N'EST PLUS UNE DOMAINE EXCLUSIVEMENT MASCULIN

(OSMS) 460'000 motos se déplacent régulièrement sur le réseau routier suisse. Près de 15 % de ces machines sont conduites par une femme et la tendance ne cesse d’augmenter. Dans le milieu urbain, la part des femmes conduisant des scooters est proche de 20 %. Et dès le 1er janvier 2021, lorsque l’âge minimal autorisé pour les véhicules de la classe 125 cm3 passera de 18 à 16 ans, la présence féminine devrait encore spectaculairement augmenter.

 

Il était une fois l’époque où le conducteur d’une moto devait être musclé et qu’il devait maîtriser la technique; c’était... il était une fois, il y a bien longtemps! Les motos et les scooters modernes sont faciles à utiliser, ils sont fiables et s’adaptent parfaitement aux besoins individuels. C’est pour cela que les représentantes du sexe féminin ont depuis longtemps découvert la pratique de la moto et du scooter, qu’elles ont passé du siège de passagère à celui de conductrice. Des dizaines de milliers de Suissesses utilisent désormais, que ce soit dans leur vie quotidienne ou pendant leurs loisirs, des deux-roues motorisés de toutes les tailles et de toutes les catégories.

 

Motos: légèreté, attractivité, sécurité et facilité d’utilisation

L’industrie motocycliste a bien sûr une part importante dans ce développement – parallèlement, naturellement, à la prise de conscience générale de l’importance de l’égalité des sexes -, puisqu’elle a grandement facilité l’accessibilité et l’entretien des motos. Parmi ces évolutions, on notera:

- Diminution et possibilité de régler de façon individuelle la position de conduite, pour un équilibre plus élevé.

- Longueurs et positions des leviers – au guidon, ou aux pieds – réglables individuellement.

- Augmentation de la diversité – sur le plan technique et optique – des modèles proposés dans la classe moyenne.

- Standards de sécurité toujours plus élevés.

- La branche des accessoires s’investit désormais sur le thème «Les femmes au guidon».

- Développement d’équipements motocyclistes selon les besoins et les exigences féminines; aujourd’hui, on peut rouler en toute sécurité, tout en conservant son charme féminin.

 

Scooters: ils sont spécialement appréciés par les femmes entre 20 et 30 ans

Dans le secteur des scooters, la part féminine est encore plus élevée que dans le domaine des motos, spécialement pour la classe d’âge des 20 à 30 ans. Parmi les 275'000 véhicules urbains enregistrés en Suisse, 50'000 d’entre eux, soit 20 %, sont conduits par des femmes. On comprendra aisément les atouts de ce genre de véhicules pour le monde féminin: design élégant, utilisation facile grâce au changement de vitesse automatique et à la légèreté du véhicule, la présence d’un coffre pour le casque, les faibles coûts d’entretien et d’utilisation, sans oublier le côté multifonctionnel des scooters dans la ville et la proche agglomération.

 

 

 

 

Text schliessen

11 juillet 2019

POUR UNE FOIS, LE MOIS DE MAI NE FUT PAS TRÈS JOYEUX

(OSMS) Avec 25'923 nouvelles immatriculations, le marché suisse de la moto et du scooter termine les six premiers mois de l’année 2019 en-dessous des chiffres de l’année précédente. Le mois de mai, celui lors duquel, dit le dicton, «on peut faire ce qu’il nous plaît», n’a malheureusement pas été épargné par le froid et la pluie. Et comme cette période constitue toujours un moment clef pour les ventes... Ces chiffres, certes en baisse, rappellent néanmoins que le marché du deux-roues, dans notre pays, s’établit toujours à un niveau élevé.

Lire tout le texte

 

Nouvelles immatriculations motocyclistes, 1er semestre 2019

POUR UNE FOIS, LE MOIS DE MAI NE FUT PAS TRÈS JOYEUX

(OSMS) Avec 25'923 nouvelles immatriculations, le marché suisse de la moto et du scooter termine les six premiers mois de l’année 2019 en-dessous des chiffres de l’année précédente. Le mois de mai, celui lors duquel, dit le dicton, «on peut faire ce qu’il nous plaît», n’a malheureusement pas été épargné par le froid et la pluie. Et comme cette période constitue toujours un moment clef pour les ventes... Ces chiffres, certes en baisse, rappellent néanmoins que le marché du deux-roues, dans notre pays, s’établit toujours à un niveau élevé.

 

Les deux roues motorisés, qu’il s’agisse de motos ou de scooters, sont toujours très appréciés comme moyens de loisirs et de hobby dans le cœur du peuple suisse. Certes, un mois de mai froid et pluvieux a malheureusement ralenti l’euphorie née d’un excellent début de saison, lors des mois de mars et d’avril; avec 25'923 nouvelles immatriculations, le résultat du premier semestre est néanmoins réjouissant. Le marché global recule de 4,9 %, soit - 6,9 % dans le domaine des scooters (9145 pièces) et - 3,2 % dans celui des motos (16'270 unités). Si l’on prend en compte les chiffres en hausse des changements de propriétaires de véhicules d’occasion, on constate que le volume global du marché, en ce premier semestre 2019, est comparable à la même période 2018.

 

Les motos de grandes cylindrées sont les plus demandées

Les motos de grandes cylindrées, soit plus de 750 cm3 (4515 unités), voire plus de 1000 cm3 (5319) figurent toujours au plus haut niveau dans les goûts de la clientèle suisse. En 2018, cette part du marché avait même constitué plus de la moitié des nouvelles immatriculations (9834 unités). Le troisième segment le plus important est celui des motos de 500 à 750 cm3 (3217 unités).

 

La moto, objet de life-style

Les motos qui marient un look rétro attractif avec la plus moderne des techniques sont toujours très tendance, devenant ainsi un véritable objet de life-style urbain, tout en restant un moyen de plaisir et d’aventure total. Selon les prévisions des spécialistes du marché, ce développement, moins axé sur des valeurs de performances absolues, devrait se poursuivre à moyen et long terme.

 

La motorisation électrique n’a pas encore fait sa place

Les motos propulsées par des moteurs électriques n’ont quasi pas droit au chapitre: les 76 nouvelles immatriculations (73, l’an dernier) correspondent à une part de marché de seulement 0,5%. Les raisons ne sont pas à chercher dans une non-acceptation fondamentale de la technique électrique, mais sont bien de nature économique. L’industrie est actuellement incapable de proposer des solutions attractives et intéressantes financièrement – à cause du marché limité – qui pourraient être acceptées par ledit marché. Le même phénomène se retrouve autour des scooters «urbains»: seulement 592 scooters électriques ont été homologués en ce début d’année, soit 6,6% des nouvelles immatriculations de scooters.

 

 

 

 

Text schliessen

12 avril 2019

MOTO: MOINS D'ACCIDENTS QUE JAMAIS EN 2018

(OSMS) Développement positif du bilan des accidents de motos de 2006 à 2018:

Avec 42 tués, le chiffre de 2018 représente le plus bas jamais enregistré pour les conducteurs de motos et de scooters en Suisse. L’année précédente,  51 usagers de deux-roues à moteur avaient encore trouvé la mort sur les routes suisses. Les 3621 blessés représentent le deuxième plus petit nombre jamais recensé, bien que l’effectif total des deux-roues motorisés ait augmenté de manière marquante, à savoir de 600'000 (2006) à quelque 720'000 véhicules (2018), le kilométrage parcouru ayant lui aussi augmenté grâce à une météo superbe.

Lire tout le texte

Développement positif du bilan des accidents de motos de 2006 à 2018

Moto: moins d’accidents que jamais en 2018

(OSMS) Avec 42 tués, le chiffre de 2018 représente le plus bas jamais enregistré pour les conducteurs de motos et de scooters en Suisse. L’année précédente,  51 usagers de deux-roues à moteur avaient encore trouvé la mort sur les routes suisses. Les 3621 blessés représentent le deuxième plus petit nombre jamais recensé, bien que l’effectif total des deux-roues motorisés ait augmenté de manière marquante, à savoir de 600'000 (2006) à quelque 720'000 véhicules (2018), le kilométrage parcouru ayant lui aussi augmenté grâce à une météo superbe.

 

Chaque blessé et chaque tué de la route est un de trop. Malgré tout, les statistiques d’accidents de l’an passé concernant les conducteurs de deux-roues motorisés sont réjouissantes: alors qu’en 2017, 51 conducteurs/trices de motos et de scooters trouvaient encore la mort sur les routes suisses, le chiffre de 42 personnes pour 2018 est nettement moindre (–17,6 %). Parmi les blessés légers, le nombre a passé de 2695 (2017) à 2553 personnes (–5,3 %). Quant aux blessés graves, leur nombre s’est légèrement accru, passant de 1047 à 1068 personnes accidentées (+2,0 %). En tout, 3621 motards et scootéristes ont été blessés au cours de l’année dernière; c’est le deuxième chiffre le plus bas jamais atteint et représente un recul de 3,2 % par rapport à l’exercice précédent (3742 personnes).

 

Sensibilisation augmentée, progrès techniques marquants

La sensibilisation des conducteurs/trices de motos et de scooters, soutenue de manière durable par la branche du deux-roues – concernant par exemple des vêtements protecteurs bien visibles, une meilleure maîtrise de la conduite, un pilotage défensif, la participation à des cours de formation continue – se répercute de manière réjouissante sur le nombre d’accidentés, en recul depuis des années. Les techniques de sécurité en progrès  – freinage ABS même en virage, contrôle de traction, feux de jour LED, modes de conduite adaptables aux conditions réelles ainsi que d’autres systèmes d’assistance techniques – contribuent elles aussi à un gain réjouissant de sécurité.

 

Haute visibilité, conduite défensive et prédictive

Malgré cette évolution positive des statistiques d’accidents, leurs analyses confirment : le fait demeure, près de deux tiers des accidents impliquant des conducteurs/trices de motos ou de scooters sont dus à d’autres intervenants. Si bien qu’une conduite défensive, une visibilité aussi bonne que possible et une pré-vision conséquente restent toujours des conditions indispensables pour se déplacer en toute sécurité dans le trafic.

 

 

 

 

Text schliessen

14 mars 2019

DEBUTER LA NOUVELLE SAISON MOTO SANS SOUCI

(OSMS) Rouler à moto fait vraiment plaisir à condition de disposer d’une moto impeccable, d’un équipement adapté et d’être en bonne forme physique et mentale. A l’occasion du retour du printemps, l’Office suisse moto et scooter OSMS dispense quelques conseils pour débuter la saison moto 2019 sans ombrage.

Lire tout le texte


DEBUTER LA NOUVELLE SAISON MOTO SANS SOUCI

(OSMS) Rouler à moto fait vraiment plaisir à condition de disposer d’une moto impeccable, d’un équipement adapté et d’être en bonne forme physique et mentale. A l’occasion du retour du printemps, l’Office suisse moto et scooter OSMS dispense quelques conseils pour débuter la saison moto 2019 sans ombrage.

 

Les loisirs de la pratique de la moto ont toujours très fortement la cote auprès du peuple suisse. Ce qu’a derechef confirmé l’exposition nationale «Swiss-Moto» de fin février, visitée par plus de 70’000 fans de deux-roues. En ce réveil du printemps sous des températures plus clémentes, les motardes et motards suisses – près de 700’000 motos et scooters sont immatriculés dans notre pays – n’entendent pas qu’admirer et palper les machines, mais aussi rouler avec. Afin que la saison se déroule sans ombrage, voici quelques conseils de l’Office suisse moto et scooter OSMS pour une entrée de saison sans encombre.

 

Motos: contrôle par le concessionnaire

•  Un check-up chez l’agent spécialisé vaut toujours la chandelle. Il détecte d’éventuels

   défauts après la longue période d’immobilisation, contrôle et supervise la batterie, les

   pneus, les freins, la chaîne et tous les niveaux de liquides.

•  Seule une moto bien entretenue parcourt à la perfection et sans panne de nombreux

   kilomètres.

•  L’intervalle entre les services préconisé par le constructeur est à respecter.

 

Equipement: laisser à la garde-robe la veste d’été cool

•  Un bon équipement permet non seulement de rouler confortablement, mais aussi en

   toute sécurité.

•  Bottes moto, blouson, gants de motard ainsi qu’un casque homologué sont requis.

•  Il existe depuis longtemps des jeans attrayants dotés d’éléments de sécurité.

•  Pour encore davantage de sécurité, le marché propose des vêtements une pièce et

   deux pièces en cuir ou en textile avec des protections intégrées.

•  Les protections dorsales sont aussi utiles au quotidien qu’aux pilotes de course.

•  Important pour les nouveaux arrivants: à l’achat d’une moto, inclure absolument le prix

   de l’équipement. Ne pas faire des économies à mauvais escient!

•  Lors de l’achat d’un casque, veillez à l’ajustement parfait; un casque seyant augmente

   le plaisir de conduire et la sécurité. L’agent vous conseillera en conséquence.

•  Tout casque devrait être échangé au bout de 6 ans au maximum.

 

Aspirer le bonheur à pleins poumons – mais dans les limites!

•  La conduite d’une moto pose de plus hautes exigences sur le plan de la concentration
   et de la forme physique que celle d’une automobile. Seul qui monte sur sa moto en
   forme, reposé et complètement à son affaire, roule détendu et en sécurité.

•  Conduire de manière prévoyante, c’est conduire mentalement éveillé. Car un
   conducteur de deux-roues est toujours davantage exposé aux blessures qu’un
   automobiliste, vu l’absence de carrosserie, quelle que soit la situation de culpabilité
   lors d’un accident.

•  S’il fait bon «ressentir des papillons de printemps» lors de la première sortie sur sa
   moto adulée, il faut absolument rester raisonnable. Les automatismes et réflexes
   physiques et mentaux se sont un brin engourdis au cours de l’hiver et doivent être
   entraînés à nouveau.

•  Toujours être conscient de sa vitesse. Toutes les motos ne sont pas équipées d’un
   régulateur de vitesse.

•  Très important pour les nouveaux arrivants lors de l’achat d’une moto: la moto et son
   pilote doivent s’harmoniser réciproquement. La moto des rêves n’est pas toujours le
   meilleur choix. Un essai avec plusieurs machines en révélera davantage, tout comme
   les conseils judicieux du concessionnaire spécialisé.

•  Des cours de formation continue – même pour les motards chevronnés – améliorent
   la sécurité et font plaisir qui plus est. L’offre correspondante en cours de moniteurs de
   conduite et de clubs est très large et propose de quoi satisfaire toutes les exigences.

 

BONNE ROUTE ET UNE SAISON 2019 AUSSI VARIÉE QUE SÛRE !

 

Text schliessen

19 janvier 2019

LE MARCHE D'OCCASE MOTO EN PLEIN ESSOR

(OSMS) La popularité de la moto en tant qu’engin de loisir ne fléchit pas chez les Suisses. Cela n’est pas seulement souligné par les quelque 70’000 visiteuses et visiteurs de la Swiss-Moto zurichoise, la plus grande foire du deux-roues du pays, qui ouvre ses portes du 21 au 24 février, mais aussi par la forte croissance du nombre des changements de détenteur ces cinq dernières années sur le marché des occasions. Les 90’000 passages de main en main ont clairement compensé le léger déficit du marché des machines neuves.

Lire tout le texte

 

Motos                    

Le marché d’occase moto en plein essor

(OSMS) La popularité de la moto en tant qu’engin de loisir ne fléchit pas chez les Suisses. Cela n’est pas seulement souligné par les quelque 70’000 visiteuses et visiteurs de la Swiss-Moto zurichoise, la plus grande foire du deux-roues du pays, qui ouvre ses portes du 21 au 24 février, mais aussi par la forte croissance du nombre des changements de détenteur ces cinq dernières années sur le marché des occasions. Les 90’000 passages de main en main ont clairement compensé le léger déficit du marché des machines neuves.

 

Près de 90’000 motos et scooters ont changé de propriétaire en Suisse en 2018. Dont plus de 55’000 motos arborant plus de 125 cm3 de cylindrée. Ces chiffres marquent non seulement une hausse de quelque 20 pour cent par rapport à ceux de l’année 2013, mais correspondent à plus du double de celui des deux-roues neufs vendus dans le même laps de temps.

 

La nette augmentation des ventes d’occases toutes catégories et toutes classes a différentes causes: premièrement, suite au choc du franc et des ventes record de machines neuves ayant découlé des chutes de prix massives, la normalisation du marché des engins neufs était prévisible. Ensuite, les fabricants ont marqué une forte retenue en matière de création de nouveautés due à l’adaptation de leurs gammes aux nouvelles normes légales plus sévères, ce qui a rendu d’autant plus attractif le marché de l’occasion.

 

La Suisse est le n°6 en Europe

Malgré un léger recul l’an passé, le marché suisse des machines neuves évolue lui aussi à un niveau élevé. En 2018, plus de 42’000 motos et scooters neufs ont trouvé preneur en Suisse. Ce qui établit la Suisse au 6e rang derrière les „Big Five“, à savoir l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne.

 

Au total, 900’000 motos, scooters et cyclomoteurs sont actuellement immatriculés dans notre pays. Le chiffre d’affaires de la branche est estimé à plus d’un milliard de nos francs par l’Office suisse moto et scooter.

 

 

Text schliessen

9 janvier 2019

IMMATRICULATIONS MOTOS ET SCOOTERS NEUVES 2018:
HAUT NIVEAU MALGRÉ QUELQUES PERTES

(OSMS) Avec 24’544 nouvelles immatriculations, le marché suisse 2018 de la moto a bouclé un poil en dessous des chiffres de l’exercice précédent. Mais il se maintient à un haut niveau. Le secteur des scooters a lui aussi reculé pour atteindre un total de 17’518 unités. Le marché total des motos et scooters neufs a diminué de 7.5 %.

Lire tout le texte

 

Immatriculations motos neuves 2018                     

Haut niveau malgré quelques pertes

(OSMS) Avec 24’544 nouvelles immatriculations, le marché suisse 2018 de la moto a bouclé un poil en dessous des chiffres de l’exercice précédent. Mais il se maintient à un haut niveau. Le secteur des scooters a lui aussi reculé pour atteindre un total de 17’518 unités. Le marché total des motos et scooters neufs a diminué de 7.5 %.

 

La popularité de la moto en tant qu’engin de détente et de loisirs n’a subi aucune entorse auprès du peuple suisse. Certes, on n’a plus égalé les résultats des années record 2015 à 2017 ; n’empêche que la demande en motos neuves reste remarquable. Avec 24'544 nouvelles immatriculations, on a manqué de 8.8 % le score de l’année précédente. Quant aux scooters, ils ont endossé une baisse de la demande de 5.8 % pour atteindre 17'518 unités. Le marché total 2018 des nouvelles immatriculations de motos et de scooters s’est élevé à 42'062 unités (moins 7.5 %).

 

Les raisons de ce recul sont d’origines diverses. C’est un fait, les baisses de prix dues au „choc du franc suisse“ du printemps 2015 ont perdu leur attrait exceptionnel. En outre, les fabricants ont lancé moins de véritables nouveautés en 2018, vu l’adaptation de leur gamme de modèles aux nouvelles normes antibruit et antipollution (Euro 4). Tout en considérant que les chiffres de 2017 ont été dopés par la commande unique de 600 motos de l’armée suisse. Mais si l’on considère le taux nettement en hausse des changements de propriétaire sur le marché de l’occasion, le volume cumulé du marché de la moto 2018 est resté pratiquement aussi élevé que l’année précédente.

 

Les Suisses affectionnent les grosses motos

Les motos de grosse cylindrée jaugeant plus de 1000 cm3 tiennent toujours le haut du pavé parmi la clientèle helvétique. En 2018, leur quote-part s’est maintenue à près d’un tiers (8’184 unités), suivies par le segment des machines de 500 à 1000 cm3 de cylindrée (6’982 unités).

 

Lifestyle urbain

Particulièrement convoitées en 2018, les motos alliant un look rétro attractif à la technique la plus moderne, suivant ainsi le trend urbain vers le style de vie et l'expérience. Une tendance appelée à se poursuivre en 2019 si l’on se fie aux pronostics des spécialistes du marché.

 

La technique de l’électrique n’offre pas encore de solutions

Pour l’instant, l’électrotechnique n’a encore aucune chance de s’imposer dans le secteur de la moto: les 127 nouvelles immatriculations ne représentent que 0.5 % de part de marché. Les quelques modèles représentant l’offre actuelle n’ont atteint la maturité ni sur le plan technique, ni côté prix. L’industrie n’est pas encore à même de proposer des solutions compatibles avec les exigences du marché. Il en va de même pour les scooters à tendance urbaine: les 715 e-scooters neufs immatriculés ne représentent que 4.1 % du marché total 2018 du scooter.

 

Text schliessen

14 décembre 2018

DÈS 2021: ROULER À MOTO À 16 ANS

(OSMS) Le Conseil fédéral a décidé, dans le cadre de la révision du Règlement sur l’admission de personnes et de véhicules à la circulation (VZV), que les jeunes pourront dès 2012 conduire  des motos et des scooters d’une cylindrée 125 cm3 dès l’âge de 16 ans. L’association de la branche motosuisse prend connaissance avec satisfaction de cet ajustement au droit de l’UE.

Lire tout le texte

 

DÈS 2021: ROULER À MOTO À 16 ANS

 

Le Conseil fédéral a décidé, dans le cadre de la révision du Règlement sur l’admission de personnes et de véhicules à la circulation (VZV), que les jeunes pourront dès 2012 conduire  des motos et des scooters d’une cylindrée 125 cm3 dès l’âge de 16 ans. L’association de la branche motosuisse prend connaissance avec satisfaction de cet ajustement au droit de l’UE.

 

Dès l’année 2021, les motos d’une cylindrée de jusqu’à 125 cm3 pourront être conduites dès la 16e année. Alors qu’aujourd’hui, l’âge minimum pour la catégorie A1 est de 18 ans. Le Conseil fédéral harmonise ainsi la réglementation suisse au droit en vigueur dans l’UE. Comme dans les pays de l’UE avoisinants, les jeunes peuvent rouler en moto et en scooter développant au maximum 11 kW (15 ch) dès 2021. La catégorie des motocycles de 125 cm3 est attractive sur le plan commercial grâce à son expansion dans toute l’Europe, sa technique et son équipement sécuritaire sont au top du développement. Tels que les systèmes de freinage antiblocants prescrits par le législateur.

 

Catégorie AM: 45 km/h dorénavant dès 15 ans

En outre, le Conseil fédéral a décidé que dorénavant, les motocycles légers jusqu’à 50 cm3 (catégorie AM) à vitesse maxi de 45 km/h pourront être conduits dès l’âge de 15 ans (à ce jour 16 ans). Ici aussi, il s’agit d’une harmonisation avec nos pays voisins.

 

Grosses motos: fini l’accès „direct“

Par contre, le Conseil fédéral s’oppose à la formation directe à la conduite de motos à la puissance non limitée de la catégorie A. Jusqu’alors on pouvait y accéder directement si l’on était âgé de 25 ans et plus. A partir de 2021, il faudra avoir conduit pendant deux années au minimum une moto d’une puissance maxi de 35 kW (48 ch). Ici, il n’y aura malheureusement pas d’ajustement à l’UE; en Allemagne, en Italie et en Autriche, l’accès direct est possible dès 24 ans.

 

„Nos objectifs se sont réalisés“

Néanmoins satisfait par les décisions du Conseil fédéral, le président de l’association motosuisse Roland Müntener déclare: „Après huit ans de discussions parfois vives et émotionnelles, on a prêté l’oreille aux requêtes de l’industrie, du commerce, mais aussi aux désirs des usagers. L’harmonisation de l’âge en vigueur dans l’UE pour les 125 et 50-cm3 nous fait bien sûr grand plaisir. Il y a de cela huit années, rares ont été ceux nous accordant une chance réelle de faire passer nos objectifs – et voici qu’ils sont devenus réalité. C’est un résultat remarquable qui a été induit par motosuisse  et mené à bien par le Conseil fédéral. Nous en sommes fiers! J’en profite pour exprimer ma reconnaissance au conseiller national Walter Wobmann (UDC), dont le soutien a également contribué au succès. Un petit bémol: nous devons encore patienter jusqu’au 1er janvier 2021 avant l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation. Mais les divers offices ont besoin de temps pour s’adapter à toutes les décisions du Conseil fédéral.“

 

Text schliessen

11 mai 2018

BPA: LE BÂTON, PAS LA CAROTTE POUR LES JEUNES

(OSMS) Le bureau de prévention des accidents (bpa) montre notre jeunesse de l’index – bien que les Suisses âgés de 15 à 17 ans affichent le plus faible quotient d’accidents de la route de toute l’Europe! Arguant les «risques spécifiques aux jeunes», le bpa veut continuer à mettre les bâtons dans les roues de la jeunesse et la contrôler encore davantage. Entre autres, les jeunes de 16 ans se voient supprimé l’accès à la moto.

Lire tout le texte

COMMUNIQUE AUX MEDIAS du 11 mai 2018

 

BPA: LE BÂTON, PAS LA CAROTTE POUR LES JEUNES

 

Le bureau de prévention des accidents (bpa) montre notre jeunesse de l’index – bien que les Suisses âgés de 15 à 17 ans affichent le plus faible quotient d’accidents de la route de toute l’Europe! Arguant les «risques spécifiques aux jeunes», le bpa veut continuer à mettre les bâtons dans les roues de la jeunesse et la contrôler encore davantage. Entre autres, les jeunes de 16 ans se voient supprimés l’accès à la moto.

 

Dans son récent communiqué aux médias «Sécurité des jeunes de 15 à 17 ans dans la circulation routière» le bpa commence par un compliment: «Sur les routes suisses, seuls 4,6 de jeunes âgés de 15 à 17 ans décèdent en moyenne par an ..., c’est la valeur la plus basse d’Europe.» Ce nombre inclut tous les risques de la circulation routière (auto, moto, vélo, piétons).

 

Puis soudain, le bpa se met à tirer à boulets rouges. En commençant par «les risques spécifiques à la jeunesse peuvent avoir des conséquences désastreuses s’ils sont combinés aux véhicules à moteur» dont font partie «le penchant pour des comportements risqués, l’influence accrue des jeunes du même âge et l’accès à l’alcool dès l’âge de 16 ans» font que des contrôles doivent être effectués «avant tout les nuits de week-ends» afin de réprimer «la conduite sous influence de substances» ainsi qu’une «vitesse inadaptée».

 

Distorsion des faits

Le bpa est pour le maintien de l’interdiction aux jeunes de conduire des motos de 125 cm3 dès l’âge de 16 ans dans le cadre de la révision de la réglementation des permis de conduire en cours. Le bpa note: «Les jeunes causent particulièrement souvent des accidents lorsqu’ils se déplacent à moto ... les jeunes âgés de moins de 18 ans ne devraient être autorisés à conduire que des motos dont la vitesse est limitée à 45 km/h – conformément à la nouvelle catégorie de permis de conduire AM de l’Union Européenne

 

Ceci est une complète distorsion de la réalité: en Allemagne, en France, en Italie et en Autriche, cela fait belle lurette que les ados de 16 ans peuvent rouler sur des motos et des scooters de 125 cm3 limités à 11 kW (15 ch), et la catégorie AM mentionnée par le bpa est déjà accessible aux jeunes europeéens dès l‘âge de 14, 15 ou 16 ans!

 

Polémique inappropriée

D’autre part, le bpa est censé être au courant de ce que les motos de 125 cm3 modernes dotées d’un moteur quatre-temps sont largement plus simples à piloter – et donc plus sûres – que les deux-temps de 50 cm3 vétustes. Il en va de même pour les véhicules roulant à 45 km/h de la catégorie AM comparés aux cyclomoteurs actuels astreints à 30 km/h. Dans les autres pays d’Europe, on a depuis bien longtemps tenu compte de ces circonstances, il n’y a qu’en Suisse qu’on en est resté au Moyen-Age à ce propos.

 

Toutes les statistiques attestent que le risque d’accidents graves de motos ont diminué de manère marquante dans toutes les catégories d’âge malgré un parc de véhicules massivement augmenté.

 

L’Association des importateurs suisses de motos et scooters motosuisse s’insurge donc avec vigueur contre cette polémique nulle et non avenue du bpa, surtout contre la citation incorrecte de la réglementation en vigueur dans le contexte européen.

 

Text schliessen

 

27 fevrier 2018

LA PERCÉE DE L'E-MOTO: PAS POUR DEMAIN

(OSMS) Contrairement au marché de l’automobile, celui de la moto et du scooter n’est guère fourni en modèles à propulsion alternative électrique, cette technologie ne rencontrant pas d’écho auprès des usagers. L’e-moto n’est actuellement pas apte à satisfaire aux exigences des consommateurs sur les plans de l’autonomie, des performances, du poids, du life-style et du prix. L’échéance du remplacement du moteur thermique traditionnel par la technique électrique est encore bien lointaine.

Lire tout le texte

La percée de l’e-moto: pas pour demain

(OSMS) Contrairement au marché de l’automobile, celui de la moto et du scooter n’est guère fourni en modèles à propulsion alternative électrique, cette technologie ne rencontrant pas d’écho auprès des usagers. L’e-moto n’est actuellement pas apte à satisfaire aux exigences des consommateurs sur les plans de l’autonomie, des performances, du poids, du life-style et du prix. L’échéance du remplacement du moteur thermique traditionnel par la technique électrique est encore bien lointaine.
 

La moto est toujours appréciée en Suisse en tant qu’engin récréatif et de loisirs. Avec 26'942 motos et 18’545 scooters, 2017 représente le deuxième meilleur score des dernières décennies en termes de nouvelles immatriculations. Mais seul 1,2 % de cet effectif représente des deux-roues à propulsion électrique. A savoir tout juste 73 unités côté motos (0,3 % de part de marché). Pour ce qui est des scooters utilisés surtout en ville et en agglomération ainsi que sur courtes distances, leur nombre s’élevait à 476  (2,6 % parts de marché).
 

Maigre autonomie, poids conséquent, prix élevés

Cette existence en catimini des motos et des scooters électriques et le faible intérêt que porte la clientèle au deux-roues à propulsion électrique ont diverses raisons. Comme les motos et les scooters, vu leur conception, disposent de beaucoup moins d’espace de rangement que les automobiles pour le stockage de sources d‘énergie, les performances de roulage et l’autonomie possibles sont limitées. Pour les virées du week-end, voire les longs voyages en vacances, les réserves d’énergie embarquées sont carrément insuffisantes.

De plus, l’énorme encombrement des lourdes batteries rend impossible un concept de véhicule dynamique au prix avantageux. L‘absence de sonorité moteur et les entraves à un design attractif entrent également en considération pour un véhicule utilisé pratiquement à 100 % comme engin récréatif doté d’un grand facteur émotionnel.

Avant que la science n’ait trouvé des nouvelles solutions révolutionnaires pour ce qui est de la technique de stockage de l’énergie, tous les fabricants de motos renommés  n’ont d’autre choix que de se concentrer sur le développement de leurs modèles à propulsion conventionnelle.

 

 

Text schliessen

15 janvier 2018

IMMATRICULATIONS DE MOTOS NEUVES 2017: STABLES A UN HAUT NIVEAU

(OSMS) Avec 26’942 immatriculations de véhicules neufs, la branche suisse de la moto a réalisé son deuxième meilleur résultat des 20 années écoulées. On a frôlé le record de 2015 fort de 27'319 nouvelles immatriculations. L’accroissement par rapport à l’exercice précédent est de 2.1 %.

 

Lire tout le texte

L’engouement pour la moto en tant qu’engin récréatif et de loisirs reste intact. Malgré une météo printanière et estivale pas exagérément clémente en 2017, la demande en motos neuves est restée forte. Avec 26'942 nouvelles immatriculations, le résultat de l’année précédente a été surpassé de 2.1 %. Le marché total 2017 des motos et scooters neufs s’est élevé à 45'487 unités (moins 0.9 %).

 

Nouvelle classe moyenne attractive

Traditionnellement, les motos de forte cylindrée, situées dans la gamme supérieure des prix et jaugeant plus de 1000 cm3, tiennent largement le haut du pavé en Suisse. En 2017, leur part des nouvelles immatriculations s’élevait à 31.9 %, ce qui équivaut à un recul de 1.5 % par rapport à l’an passé. Par contre, une nouvelle catégorie moyenne comptant des cylindrées de 500 à 1000 cm3 hautement attractive sur les plans de la technique, du look et du rapport prix/prestations trouve de plus en plus de résonance auprès du jeune public ainsi que chez les nouveaux arrivants; en 2017, la part du marché de ce segment s’élevait déjà à 50.5 % (plus 4.9 %).

 

Lifestyle et expérience

Toujours soumises à une forte demande, les motos rétro et vintage, combinant une apparence classique attractive à la technique dernier cri, suivant ainsi la tendance généralisée du lifestyle et du vécu. La propulsion électrique n’a pas encore envahi le secteur de la moto: les faibles 73 nouvelles immatriculations représentent 0.3 % de parts de marché. Leur faible autonomie, leur technique peu aboutie et leur prix élevé entravent une percée.

 

Diminution des ventes de scooters

En 2017, 18’545 scooters ont trouvé preneur, à savoir 4.5 % de moins qu’en 2016. Une baisse des achats spontanés due au manque de périodes prolongées de beau temps,  ainsi qu’un manque partiel de véhicules homologués aux normes Euro 4, ont mené à un recul. Les scooters à propulsion électrique vendus au nombre de 472 exemplaires, représentant 2.6 % de parts de marché, restent donc marginaux.

Text schliessen

3 novembre 2017

PERMIS DE CONDUIRE POUR MOTOS ET SCOOTER –
L’ASSOCIATION DE LA BRANCHE LANCE UNE PETITION

La mise en consultation de la nouvelle ordonnance réglant l’admission des personnes à la circulation routière (P-OAPC), qui inclut également une révision des prescriptions concernant les permis de conduire pour motos et scooters, a terminé. MOTOSUISSE, l'association de la branche, lance une pétition pour se défrendre contre des nouveaux obstacles et des modifications concernant les âges minimum.

Lire tout le texte

 

Text schliessen

17 octobre 2017

PERMIS DE CONDUIRE POUR MOTOS ET SCOOTER –
L’ASSOCIATION DE LA BRANCHE SE REBIFFE

La mise en consultation de la nouvelle ordonnance réglant l’admission des personnes à la circulation routière (P-OAPC), qui inclut également une révision des prescriptions concernant les permis de conduire pour motos et scooters, dure encore jusqu’au 26 octobre 2017. On y prévoit des larges adaptations au droit UE en vigueur, mais aussi des nouveaux obstacles et des modifications concernant les âges minimum.

Lire tout le texte

 

Révision des permis de conduire pour motos et scooters

L’Association de la branche se rebiffe

La mise en consultation de la nouvelle ordonnance réglant l’admission des personnes à la circulation routière (P-OAPC), qui inclut également une révision des prescriptions concernant les permis de conduire pour motos et scooters, dure encore jusqu’au 26 octobre 2017. On y prévoit des larges adaptations au droit UE en vigueur, mais aussi des nouveaux obstacles et des modifications concernant les âges minimum.


L’Association suisse de la branche moto et scooter motosuisse désapprouve en particulier l’abolition de l‘„obtention directe“ pour la cat. A (>35 kW de puissance moteur) et souhaite que l’âge minimum passe de 25 à 24 ans comme c’est le cas en Allemagne, en Autriche et en Italie. motosuisse appuie son argumentation sur le nombre d’accidents ayant nettement diminué malgré une augmentation massive de l’effectif des motos. Tandis que le nombre de motos s’est accru de 490’000 à quelque 700’000 véhicules de 2000 à 2016, les accidents mortels à eux seuls ont diminué de plus de moitié.

 

motosuisse s’engage aussi pour que le permis cat. A limité (<35 kW de puissance moteur) puisse toujours être passé après deux ans et non comme proposé au bout de quatre ans, et ce sans examen pratique supplémentaire. motosuisse rend attentif au fait qu’aucun autre pays européen n’applique une telle réglementation. L’âge d’accession à la cat. „A limitée“ est à maintenir à 18 ans, ce qui correspond à la législation de nos pays voisins. Et les détenteurs du permis de conduire cat. B (auto) ne doivent, selon motosuisse, toujours n‘être astreints qu’au cours pratique de base.

 

Pour la cat. A1 (125 cm3, max. 11 kW de puissance moteur), l’Association de la branche motosuisse approuve la proposition de la Confédération selon laquelle, à l’instar des pays environnants, soit introduit l’âge d’accès de 16 ans, ce qui soulagerait  la catégorie des 50-cm3 de ses moteurs deux temps peu écologiques.

 

Text schliessen

5.09.2017

MOTO: L’ABS ET «L’ABS VIRAGES» S'IMPOSE

Depuis l’introduction, au début de l’année, des normes Euro 4, tous les nouveaux modèles de motos et de scooters de plus de 125 cm3 homologués doivent être équipés d’un système électronique de sécurité, l’ABS (antiblocage de freinage). Mieux: les spécialistes de la branche ont déjà fait un pas supplémentaire en proposant un système ABS également efficace en virages.

Lire tout le texte

 

Les nouveaux modèles de motos et de scooters sont tous équipés d’un système de freinage ABS

 

MOTO: L’ABS ET «l’ABS VIRAGES» S’IMPOSE

 

(OSMS) Depuis l’introduction, au début de l’année, des normes Euro 4, tous les nouveaux modèles de motos et de scooters de plus de 125 cm3 homologués doivent être équipés d’un système électronique de sécurité, l’ABS (antiblocage de freinage). Mieux: les spécialistes de la branche ont déjà fait un pas supplémentaire en proposant un système ABS également efficace en virages.

 

Actuellement, l’offre en Suisse de motos et de scooters comprend 609 modèles différents. 549 d’entre eux sont des véhicules homologués pour la route, le reste se composant de deux-roues tous terrains pour la pratique sportive. Tous les nouveaux modèles homologués en 2017, qu’il s’agisse de motos ou de scooters, doivent être équipés d’un système électronique d’antiblocage des freins (ABS), pour répondre aux nouvelles normes Euro 4; ces systèmes assurent une efficacité de freinage optimale en cas d’urgence et/ou sur des terrains glissants. Motos et scooters de plus petites cylindrées, de 50 à 125 cm3, sont également équipés d’un tel système de sécurité. La liberté est laissée aux constructeurs de choisir entre un ABS électronique et un système de freinage combiné mécanique.

 

Dès avant l’introduction d’un ABS obligatoire, la grande majorité des motos et des scooters était déjà équipée d’un système de sécurité ABS. En 2016, c’était le cas pour 74% des deux roues motorisés immatriculés en Suisse, alors qu’on arrivait quasi à un taux de 100% pour les motos.

 

«L’ABS virages» est déjà sur le marché

Les spécialistes de la branche ont déjà fait un pas supplémentaire dans le domaine de la sécurité. En plus des systèmes d’assistance électronique – comme le contrôle de traction ou différentes cartographies de gestion du moteur pour s’accorder aux conditions météorologiques et/ou à l’état de la route – tous les grands constructeurs proposent pour leurs modèles sport et tourisme de grosses cylindrées, un système que l’on pourrait baptiser «l’ABS virages». Grâce à celui-ci, il est possible même sur l’angle d’assurer une décélération optimale, sans pour autant que la roue avant ne se bloque et provoque ainsi une chute. On peut désormais imaginer que ce système techniquement complexe d’ABS qui fonctionne en virages sera, à moyen terme, plus seulement réservé aux motos de la classe supérieure, mais bien devenir également un équipement standard dans les petites cylindrées et les classes moyennes.

Text schliessen

30.07.2017

IL N'A JAMAIS ETE AUSSI SUR DE ROULER A MOTO

Le nombre d’accidents impliquant des motos et des scooters a diminué de manière drastique lors de la dernière décennie. Malgré une augmentation importante du parc total de véhicules motorisés à deux roues, le nombre d’accidents a reculé de manière significative.

Lire tout le texte

                     

IL N'A JAMAIS ETE AUSSSI SUR DE ROULER A MOTO

(OSMS) Le nombre d’accidents impliquant des motos et des scooters a diminué de manière drastique lors de la dernière décennie. Malgré une augmentation importante du parc total de véhicules motorisés à deux roues – on est passé de 600'000 unités en 2006 à plus de 700'000 en 2016 -, le nombre d’accidents a reculé de manière significative, aussi bien ceux qui ont eu des conséquences malheureusement mortelles, que ceux qui se sont terminés par des blessures, plus ou moins sérieuses.

 

Les chiffres parlent d’eux-mêmes: il y a dix ans, 69 conducteurs (conductrices) de motos ou de scooters avaient perdu la vie sur le réseau routier suisse; en 2016, ce chiffre a été ramené à 43 (- 36,7%). Dans le même temps, le nombre de blessures graves a passé de 1482 (2006) à 999 (- 32,6%), celui de blessures légères, de 3451 à 2477 (- 28,2%).

 

Améliorations techniques et sensibilisation développée

C’est une Lapalisse de rappeler que les conducteurs et conductrices de véhicules à deux roues ne sont pas protégés par une carosserie; ainsi, lors de collisions ou de chutes, ils sont logiquement moins bien protégés que les conducteurs et passagers des véhicules à quatre roues. Mais, les progrès techniques apportés dans le domaine de la sécurité des motocycles – système de freinage ABS, contrôle de traction, éclairage de jour LED, choix de différents modes de conduite et autres systèmes d’assistance électronique – et les efforts importants effectués par la branche du deux-roues dans des opérations de sensibilisation de l’utilisateur – utilisation d’équipements de protection bien visibles, amélioration de la maîtrise de la conduite, accès à des cours de perfectionnement – ont eu des effets très nets sur la diminution spectaculaire du nombre d’accidents.

 

Meilleure visibilité, conduite prévoyante

Selon le Bureau suisse de prévention des accidents (BPA), dans les deux tiers des accidents dans lesquels ils sont impliqués, les conducteurs ou conductrices de motos ou de scooters ne sont pas responsables. Un rappel supplémentaire de l’importance pour les utilisateurs de deux-roues de se ménager la visibilité la plus importante possible, d’adapter une conduite axée sur la prévention, donc l’anticipation; ce sont les meilleurs moyens de se protéger par rapport aux autres usagers de la route.

Text schliessen

13.06.2017

NOUVELLES RÉGLEMENTATIONS POUR VÉHICULES D'EXAMEN

Le Conseil fédéral a proposé de modifier les exigences applicables aux véhicules d‘examen des motocycles de la catégorie A. II prévoit ainsi d‘éliminer les prescriptions relatives à la cylindrée minimale et d‘adapter celles applicables à la puissance minimale.

Lire tout le texte

 

NOUVELLES RÉGLEMENTATIONS POUR VÉHICULES D'EXAMEN

Le Conseil fédéral a proposé de modifier les exigences applicables aux véhicules d‘examen des motocycles de la catégorie A. II prévoit ainsi d‘éliminer les prescriptions relatives à la cylindrée minimale et d‘adapter celles applicables à la puissance minimale.

 

Les motocycles de la catégorie A, limitée ou sans restriction, dont la cylindrée est inférieure à 400 cm3 ou 600 cm3 conviennent tout particulièrement aux débutants. Leur poids, inférieur à celui des plus grosses cylindrées, les rend plus maniables. La pratique montre que les motocyclistes souhaitent passer l‘examen pratique avec le motocycle qu‘ils ont utilisé pour leur apprentissage de la conduite. La cylindrée minimale des véhicules d‘examen ne doit pas pousser les conducteurs novices à acheter une plus grosse cylindrée alors qu‘ils se sentent davantage en sécurité sur une plus petite.

 

Le Conseil fédéral prévoit ainsi d‘éliminer les prescriptions relatives à la cylindrée minimale et d‘adapter celles applicables à la puissance minimale.

 

Afin de tenir compte de ces circonstances et jusqu‘à ce que le Conseil fédéraI ait statué sur I‘adaptation desdites exigences, l’OFROU édicte les instructions ci-après, conformément à l’art. 150, al. 6, OAC:

 

1. En dérogation à l‘annexe 12, ch. V, OAC, les motocycles suivants sont égaIement autorisés pour l‘examen pratique de conduite:

 

Catégorie A, sans restriction :

un motocycle biplace sans side-car, d’une puissance minimale de 35 kW.

 

Catégorie A, limite 35 kW :

un motocycle biplace sans side-car, dont la puissance n‘excède pas 35 kW, à l‘exclusion des motocycles de la sous-catégorie A1.

 

2. Les présentes instructions entrent en vigueur le 8 juin 2017 et s‘appliquent jusqu‘à l’entrée en vigueur de la prochaine révision des exigences applicables aux véhicules d’examen des motocycles de la catégorie A.

 

Les instructions de I‘OFROU du 15 mars 2016 ainsi que les instructions transitoires de I‘OFROU du 12 mai 2016, toutes deux relatives aux véhicules d’examen des motocycles de la catégorie A, sont abrogées.

Text schliessen

19.04.2017

IL Y A SCOOTER ET SCOOTER

L’offre de scooters en Suisse totalise plus de 200 modèles de toutes les couleurs, animés par des moteurs à essence de 50 à 850 cm3 ou électriques, et dont les prix s’échelonnent entre 2'000 et 14'000 francs.

Lire tout le texte

 

IL Y A SCOOTER ET SCOOTER

L’offre de scooters en Suisse totalise plus de 200 modèles de toutes les couleurs, animés par des moteurs à essence de 50 à 850 cm3 ou électriques, et dont les prix s’échelonnent entre 2'000 et 14'000 francs.

 

Scooters de 50/125 cm3, catégorie A1: un vrai potentiel!

Les scooters de 50 et 125 cm3 sont les plus répandus. Selle biplace, bonne protection en cas d’intempéries, coffre pour le casque, clignotants, rétroviseurs et indicateur de vitesse avec jauge à essence intégrée ou séparée sont de série. Ces scooters sont très maniables et faciles à utiliser grâce au démarreur électrique et à la transmission automatique. Leur fourchette de prix va de 2'000 à 6’500 francs et leur coût d’utilisation, pour un kilométrage annuel de 5'000 km, est de l’ordre de 30 à 35 cts/km selon le modèle. Ces petits scooters ont une puissance maximale de 11 kW (15 ch) et l’offre va du modèle courant au très luxueux et confortable, en passant par des silhouettes plus profilées et sportives.

 

  • Parfaits pour les courtes distances, de 1 à 20 km (50 cm3) ou jusqu’à 50 km (125 cm3)
  • Bon marché à l’achat et à l’entretien; le moyen de transport le plus économique pour 2 personnes; consommations comprises entre 2,5 et 3,5 l/100 km
  • Très maniables, peu encombrants, faciles à manier en raison de leur légèreté

 

Presque pas de limite supérieure!

Les scooters de plus de 125 cm3 se répartissent entre des modèles avantageux de 250, 300 ou 400 cm3 et des engins plus puissants dont la cylindrée peut atteindre 850 cm3. La boîte automatique ou à double embrayage est de rigueur dans cette classe aussi. Dans le haut de gamme, c’est le règne du luxe. Selon les modèles, l’équipement comprend un coffre pour deux casques intégraux, une béquille centrale commandée par bouton-poussoir, un pare-brise de hauteur réglable, des rétroviseurs rabattables électriquement et une prise pour brancher un rasoir électrique, un téléphone ou un ordinateur portable.

 

Les scooters de moyenne cylindrée (de 250 à 400 cm3) représentent un compromis idéal pour la ville et la route. Il faut normalement être détenteur d’un permis de catégorie «A limitée» pour les conduire.

Les scooters de grosse cylindrée (de 500 à 850 cm3) n’ont pas grand-chose à envier aux motos et peuvent parfaitement être utilisés pour voyager, franchir des cols ou circuler sur autoroute avec deux personnes à bord. La plupart des modèles sont réservés aux détenteurs d’un permis «A illimité».

 

  • Grâce à un long empattement et des roues de relativement gros diamètre, ces scooters sont confortables et ont un comportement précis
  • Equipement complet
  • Les scooters de moyenne et grosse cylindrées sont généralement plus larges, longs et lourds que les 50 et les 125 cm3, donc moins maniables en ville
  • Frais d’entretien: légèrement plus élevés que ceux d’un scooter de 125 cm3, il peuvent atteindre le niveau de prix d’une petite voiture selon le modèle et la cylindrée

 

L’accent est mis sur la sécurité!

Dans toutes les catégories, la sécurité a beaucoup progressé. Les freins à disque se sont généralisés et l’ABS équipe les scooters haut de gamme et 125 cm3. De plus, les manufacturiers de pneus ont développé des mélanges et des carcasses bénéficiant des retombées du secteur motos et répondant à des exigences élevées en termes d’adhérence, notamment au freinage et sur route mouillée.

 

Les parties-cycles sont logées à la même enseigne. Les scooters modernes sont d’une stabilité irréprochable. En termes de tenue de route et de freinage, ils n’ont plus rien à voir avec les modèles des années 50 et 60. La suspension et l’amortissement sont assurés par des fourches télescopiques et des jambes de force centrales largement dimensionnées, permettant d’affronter même les nids-de-poule et les chemins forestiers.

Text schliessen

24.03.2017

LA BRANCHE MOTO EN SUISSE 2016 EN CHIFFRES

Lire tout le texte

LA BRANCHE MOTO EN SUISSE 2016 EN CHIFFRES

 

 

 CHF

en %

Ventes neuves moto & scooter

  389'400'000.00

35.14

Occasions moto & scooter (sans occasions privée)

  181'000'000.00

16.30

Ventes totales

  570'400'000.00

51.44

 

 

 

Service/Reparations

  226'875'000.00

20.50

Pièce de rechanges

    67'085'000.00

6.05

Pneus

  102'070'000.00

9.21

Total Service, pièce de rechanges, pneus

  396'030'000.00

35.76

 

 

 

Accessoires

63'160'000.00

5.70

 

 

 

Vêtements / Equipement pilotes

78'645'000.00

7.10

 

 

 

 

 

 

TOTAL

1'108'235'000.00

100.00

 

Statistique ventes des motos et scooter neuves 2012 - 2016:

 

Anné

Motos

Scooters

Total

2012:

23'464

22'140

46'710

2013:

21'645

22'579

44'223

2014:

23'341

21'383

44'724

2015:

27'306

21'507

48'813

2016:

26'391

19’506

45’897

Text schliessen

28.02.2017

ASTUCES POUR UNE OUVERTURE DE SAISON MOTO OPTIMALE

Avec un bon équipement, une moto techniquement impeccable et une bonne forme physique et mentale, rouler à moto est un plaisir. Conseils de l’Office Suisse de conseil pour deux-roues OSCD pour un bon démarrage dans la saison nouvelle.

Lire tout le texte

 

ASTUCES POUR UNE OUVERTURE DE SAISON MOTO OPTIMALE

Avec un bon équipement, une moto techniquement impeccable et une bonne forme physique et mentale, rouler à moto est un plaisir. Conseils de l’Office Suisse de conseil pour deux-roues OSCD pour un bon démarrage dans la saison nouvelle.

 

La conduite d’une moto pose de plus hautes exigences sur le plan de la concentration et de la forme physique que celle d’une automobile.

  • Qui prend la route à moto en bonne forme et reposé roule de manière plus détendue et plus sûre.
  • Rouler de manière prévoyante ne signifie pas rouler lentement, mais rouler éveillé.
  • Important lors de l’achat de la moto: la moto et son/sa pilote doivent harmoniser: un galop d’essai avec diverses machines en dit long.

 

Bon équipement pilote: un must

Equipé en conséquence, on roule confortablement et sûrement. Enfourcher une bécane en savates et T-shirt est une ineptie! Bottes, blouson et gants de motard ainsi qu’un casque homologué sont la moindre. Plus sûrs encore: pantalon/combi cuir ou en tissu de sécurité avec des renforts ainsi qu’une protection lombaire.

  • Important: prévoir l’équipement dans le budget lors de l’achat de la moto.
  • Lors du choix du casque, veiller à une forme parfaitement adaptée ; un casque qui sied bien accroît le plaisir de conduire. Si possible, garder le casque sur la tête pendant une bonne demi-heure avant de l’acheter et effectuer un galop d’essai pour sonder d’éventuels bruits aérodynamiques.
  • Remplacer le casque tous les 5 à 6 ans.

 

Service périodique = longévité augmentée

Une moto bien entretenue roule à la perfection et cela des milliers de kilomètres durant.

  • Veillez à respecter les intervalles des services d’entretien préconisés par le constructeur.
  • Important avant de se lancer dans la nouvelle saison: un check-up chez l’agent spécialisé révèle d’éventuels défauts avant que ces derniers ne viennent gâcher le plaisir de conduire.

 

Formation continue: plaisant et subventionné

Qui roule mieux prend plus de plaisir à la conduite et s’y adonne en plus grande sécurité.

  • Propositions de cours: voir dans Internet sous„cours de rafraichissement moto“
  • On en apprend toujours: les cours de formation continue sont recommandés même pour les motards expérimentés.
Text schliessen

16.01.2017

IMMATRICULATIONS DE MOTOS NEUVES 2016: NIVEAU ÉLEVÉ

Comme on pouvait s’y attendre, le chiffre record des nouvelles immatriculations de motos de 2015 n’a pas entièrement été reconduit en 2016: les 26’391 motos neuves vendues représentent cependant le deuxième meilleur résultat de ces 20 dernières années.

Lire tout le texte

 

IMMATRICULATIONS DE MOTOS NEUVES 2016: NIVEAU ÉLEVÉ

Comme on pouvait s’y attendre, le chiffre record des nouvelles immatriculations de motos de 2015 n’a pas entièrement été reconduit en 2016: les 26’391 motos neuves vendues représentent cependant le deuxième meilleur résultat de ces 20 dernières années.

 

En 2015, les prix bas découlant de la levée du taux plancher de change du franc suisse par rapport à l’euro  ainsi que de la météo idéale régnant durant l’été et l’automne ont entraîné une forte demande du côté des motos. Le résultat de ventes record n’a pu être tout à fait maintenu en 2016. Toutefois, à hauteur de 26’391 motos neuves vendues – représentant une baisse de 3.4 % –, le résultat a surpassé les attentes de la branche. Compte tenu de la météo pluvieuse au printemps et en été de l’exercice écoulé, c’est un résultat fort positif.

 

Les grosses cylindrées toujours dans le vent

Des 26'391 motos neuves vendues en 2016, 20'864 respectivement 79 % jaugent plus de 500 cm3. Alors qu’en 2015, leur proportion était de 75%. Particulièrement demandés, les gros cubes de tourisme et les sportives de classe moyenne de 600 à 1'000 cm3 de cylindrée. Les customs et classiques ainsi que les cruisers ont également bénéficié d’un bon écho. Du côté des motos électriques (scooters non compris), la demande s’est accru de 83 unités en 2015 à 113 pièces en 2016, mais leur proportion n’excède pas un maigre 0.5 %. La raison de la demande demeurant toujours confidentielle réside en leur trop faible autonomie et leur prix relativement élevé.

 

Davantage de jeunes acquéreurs

Des années durant, la branche de la moto s’est trouvée confrontée à une pénurie de jeunes clients. Ces deux ou trois dernières années, les importateurs et les agents constatent un intérêt croissant de la part de cette classe d’âge pour la moto. Les causes en sont des prix avantageux pour des machines d’accès et de classe moyenne, des nouvelles citadines attractives, la densité du trafic dans les cités et les agglomérations ainsi que la tendance générale à un style de vie et l’aventure.

 

Moins de scooters vendus

En 2016, 19’506 nouveaux scooters ont trouvé preneur, 9.7 % de moins que durant l’année précédente. Les scooters – à la différence des motos – sont davantage acquis de manière spontanée. Si bien qu’une météo maussade sape davantage les velléités d’achat. Les scooters électriques ont passé de 405 à 534 unités, leur part des ventes de scooters neufs s’élève ainsi à 2.7 % (2015: 1.8%).

Text schliessen